Terres Puègmirol dans les Royaumes Renaissants Index du Forum
Anoblissement de la Dame d'Ozegna
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Terres Puègmirol dans les Royaumes Renaissants Index du Forum -> Duché de Canavese -> Ivréa
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lara_von_dumb



Inscrit le: 09 Mai 2011
Messages: 4

MessagePosté le: Ven 13 Mai 2011 - 19:32    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

Revue du message précédent :

L’azur de ses yeux papillonna vers la ville qu’ils venaient de traverser, ils étaient tellement loin de sa verte et fraiche Comté, ici tout ne semblait être que chaleur, soleil, ils étaient presque en Italie, et ça s’entendait dans les voix des villageois qui avaient filtré à travers le voile des rideaux de sa voiture. Si elle avait été accompagnée, elle se serait sans aucun doute laissée aller à s’enfoncer dans les ruelles pour découvrir la vie ici, laissant à son accompagnateur le soin de la retenir et le cas échéant porter la responsabilité de leur retard. Malheureusement elle n’avait pour l’heure qu’elle-même à portée de main… Mais avant qu’elle n’ait eu trop le temps de débattre intérieurement entre tentation et réprimandes, un homme lui adressa la parole, lui tirant un sursaut, alors qu’elle fit enfin face au château ducal. Pile à temps pour la sauver de ce choix impossible ! Le sourire de la jeune femme s’épanouit immédiatement sur ses lèvres, accueillant ainsi les paroles du serviteur avec qui elle ne savait pas trop comment se comporter, n’y ayant guère pensé avant. Devait-elle faire preuve d’hauteur, ou l’ignorer ? On n’attendait surement pas d’elle qu’elle discute avec lui… Ce qui pourtant aurait été un bon moyen d’avoir des réponses concernant la curiosité que lui procurait ce lieu.
 
Mais elle n’eut en vérité pas le temps d’y réfléchir trop,  car l’homme s’élança sans attendre, certes il ne cherchait pas à la distancer, parfait dans son rôle. Mais elle l’avait déjà en partie oublié, le regard troublé par ce qui l’entourait, que ça soit les fleurs au sol mais aussi les jeunes gens. Le duc devait surement beaucoup tenir à ses vassaux et ses invités pour se mettre autant en frais pour leur plaisir… A moins qu’il n’aima l’étalage de sa grandeur, où qu’il n’y eu un autre motif qui la dépassait entièrement, comme tout ce qui l’entourait à cet instant en vérité. En étant la première arrivée, elle ne manquait pas d’attention, et ses joues s’empourprèrent lorsque les gens de Canavais se plièrent tous en une révérence, la jeune dame semblant se faire plus petite, tout en avançant d’un pas plus rapide pour atteindre les fauteuils vers lesquels ils s’avançaient de toute évidence. Nouveau sourire un peu soulagée quand le valet les abandonnes, un de moins ! Et la voilà à se mordiller la lèvre en affrontant du regard les deux serviteurs... Peut-elle les congédier et s’échapper enfin à leur surveillance ? Ou cela aura-t-il de fâcheuses conséquences ? Si c’eut été des serviteurs de son oncle, elle les ignorerait simplement pour leur éviter une punition si le dit oncle venait à se rendre compte qu’ils l’indisposaient. Mais pis encore, là ça pouvait tout autant insulter leur hôte en les remerciant…
 
Finalement la Dame se décida à accepter le verre qu’ils lui tendaient, avec un timide :
 
Mille grazie.
 
Et de leur réserver le même sort qu’au cerbère plus tôt, détournant simplement le regard vers le décor enchanteur des lieux, se plongeant dans la contemplation et les oubliant. Le répit fut de courte durée. A peine Eddo eut il dit le début d’un mot que la jeune femme tourna vers lui son regard, sourcils froncés, prête à affronter un peu plus fermement un nouveau serviteur un peu trop serviable. Pourtant les mots finirent par se frayer un chemin vers son cerveau, et si elle n’avait pas reconnue la voix, ne l’ayant pas non plus assez entendue pour qu’elle entre dans sa mémoire, ses yeux eux se souvinrent de la personne qui se tenait devant eux. Les traits de Lara s’adoucirent immédiatement en un franc sourire, alors qu’elle se remettait debout sur ses pieds d’un sursaut.
 
Vostre grasce ! C’est un honneur et un bonheur que d’estre parmi vous ce jour. Vos terres sont absolument…. Saisissantes.
 
Une révérence accompagnant les paroles, et une oreille qui se tend à la recherche de pas annonçant l'arrivée des invités.
Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Ven 13 Mai 2011 - 19:32    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Medrawt



Inscrit le: 14 Mai 2011
Messages: 1

MessagePosté le: Sam 14 Mai 2011 - 09:51    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

Après avoir traversé le Languedoc, le Duché du Bourbonnais-Auvergne, le Duché du Lyonnais Dauphiné et la moitié du Duché de Savoie, Medrawt touchait enfin au but. Il avait acheté une chemise et des braies neufs pour remplacer les haillons qu'il avait porté ses trois dernières années, et c'était même fait couper les cheveux. Une épée de belle facture à son côté tranchait étrangement avec son aspect juvénile. Il avait l'air d'un enfant qui aurait grandit trop vite. Il descendit de cheval et prit sa monture par la bride pour faire les quelques toises qui le séparaient de l'entrée de la ville. Il l'attacha à un arbre et se rapprocha de la foule. Trouver son nouveau maître ne lui prit que quelques instants, les gens s'agglutinant autour de lui comme des abeilles sur un pot de miel. L'atteindre en revanche paraissait plus périlleux et d'ailleurs, rien ne pressait. Il se contenta de l'observer, admirant sa prestance et son allure: un bel homme, sans doute très différent de son ancien maître, mais il allait devoir attendre pour le savoir.
Revenir en haut
MSN
lisyane



Inscrit le: 04 Déc 2008
Messages: 6

MessagePosté le: Sam 14 Mai 2011 - 10:04    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant





Le temps d'accrocher les boucles précieuses que son parrain lui avait offert, la Sainctes Eaux fut preste.
Robe fluide d'un violet profond couverte d'un voile fin et précieux retenu aux coudes par des manchettes empierrées, la ceinture haute était de mesme configuration.
Les longues manches évasées parachevaient l'élégance sobre de la tenue.
Cheveux simplement tirés en arrière, elle s'impatientait alors qu'Algonde finissait de nouer le bonnet blanc et immaculé sur la tête déserte de trop de cheveux de l'héritier.
Un sourire a la petite bonne lorsque celle ci d'un signe de main lui montra l'allure de l'enfant, fière d'elle au résultat impeccable de Téséo parer comme un Dauphin de France.
Je crois que nous sommes fin preste Anlgonde...
Veux tu venir contre moy et me donner tes mains.
Algonde fit face et donna ses mains que la Duchesse prit avec tendresse, rituel qu'elles avaient de plus en plus l'habitude de faire, au lieu de prier chacune dans leur coin.
Dans un murmure a peine audible les paroles montèrent pour l'Archange Saint Gabriel.
Saint Gabriel archange,
ange de la Tempérance,
ouvre nos oreilles
aux doux avertissements
et aux appels pressants du Très Haut.
Tiens-toi toujours devant nous,
nous t'en conjurons,
afin que nous comprenions bien
la Parole de Dieu,
afin que nous Le suivions
et Lui obéissions
et que nous accomplissions
ce qu'Il veut de nous.
Aide-nous à rester éveillés
afin que, lorsqu'Il viendra,
le Seigneur ne nous trouve pas endormis.
Amen

Lisyane déposa un baiser sur le front d'Algonde et tout les trois ils rejoignirent la Mesnie.
Les montures étaient prestes, Rollin attentifs aux moindres détails comme a son habitude avaient le regard partout, observateur et perçant ses yeux balayait la cour sans oublier de s'arrêter sur son aimée avec un éclat particulier.
Elle sourit a Yzalba dont l'Acier des yeux ressortait plus qu'a l'accoutumée dansant avec les reflets et la couleur de sa robe, Colinet fier se tenait preste de Rollin que la Duchesse rejoint.
Elle tendit ses mains blanches dans celles de l'homme, mains fortes et épaisses burinées par les travaux des champs et du bois, elle plongea son regard dans le sien.
Comme a ton habitude tu as fais un travail merveilleux merci.
Des petites marches de bois avaient pris place sur le flanc dextre des chevaux seller en Amazone.
Lisyane respira un instant, profondément et d'un signe de main et d'un sourire donna le départ.
Allons y mes amis allons y avant que mon parrain ne s'impatiente et ne trouve quelques occupations qui seraient mal venus en ce jour.
Délicatement elle pris la main de Rollin qui l'aida a prendre place sur cette fichtre selle d'amazone.
Robe étalée sur la croupe du frison, pour sur que ca devait avoir de l'allure.
Yza fut aidé a son tour et se plaça a ses costés, ensemble le cortège se mis en branle.
Les chemins, serpentines abrupte qui entoureraient San Giorgio étaient des plus difficiles d'accès.
Les chevaux sans avoir de difficultés, se montraient prudents , les sabots glissants parfois, puis finalement laissant la forteresse derrière le cortège, le cortège pénétra dans Ivréa, ornée de couleur, la foule massée sur les chemin
Revenir en haut
Lilou de Montmayeur



Inscrit le: 16 Mai 2011
Messages: 1

MessagePosté le: Lun 16 Mai 2011 - 21:18    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

Lilou avait eu des soucis pour réussir à arriver. 
Heureusement, la Héraut Impériale l'avait prévenue que sa venue était demandée. 
Après vérification, elle avait pris le chemin des terres du Duc Eddo. 
Elle n'avait pas autant voyagé sur les terres de Savoie depuis longtemps. 
Enfin ... 

Elle venait d'être annoncée et amenée dans la salle de réception. 
Revenir en haut
La Margaut



Inscrit le: 23 Jan 2011
Messages: 26

MessagePosté le: Mar 17 Mai 2011 - 08:43    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

IVREA. La Capitale.
Une capitale noire. Non qu'elle soit en deuil, mais noire de monde.
P'tit Louis n'en croit pas ses yeux. Lui qui a grandi au Bourg Saint Maurice ouvre de grands yeux devant ce flot de gens bavards et pressés. On se croirait à Chambéry un jour de marché ... ou de couronnement ... Ah ! justement ! en suivant la foule, il l'apprend. Le duc Eddo va anoblir ... une personne. Une femme. Enfin, une dame.

Une remplaçante pour Pavone ?, demande t-il.
- Mais non ! d'où s'est qu'tu sors toi ?!
- Bah de Pavone justement ...
- Faudrait voir à sortir de ta campagn'. C'es t la dame des Sanctes Eaux, la Courmayeur. S'tu veux mon avis, l'Duc il est pas fou. Toutes ses vassales sont des femmes seules avec un enfant ...
- Ferm'là Gross' Patte. J't'ai toujours dit qu'l'duc de Puegmirol y pouvait pas avoir d'héritier.
- Bah c'est bien c'que j'te dis la Maria ! Il a pris la Shera avec le petit Angel à la mort du Baron Cochon, et maintenant il prend la Lisy'anne avec le p'tit ... comment qu'c'est d'ja ... Téséo ... mouais, alors qu'le Baron Léonorio est porté pour mort. Il la marie et hop, l'héritier est tout prêt, tout chaud.
- J't'assure ces nobles, ils nous en font pour garder leurs privilèges ...
- Euh moi j'dirais qu'le Puégmirol y fait plutôt tout pour les perdre, éclate de rire l'homme crasseux.
...

IVREA. Cela viendrait il de Ivre ? Parce que y a dans les rangs comme une gaieté pas toute naturelle, et ces gens qui parlent à tort et à travers sans craindre les retombées.
Mais, ce n'est pas ça qui retient l'attention de P'tit Louis. C'est Lisyane. Il se souvient du temps où le géant vert avait fait son apparition chez la Baronne Jeanine. Oui, le Grangousier semblait très "proche" de Lisyane. Il n'avait jamais su qu'elle avait fricotté avec le fils d'Alpi. Comment avait il pu passer à côté de tout ça ! Et elle avait un fils ! Eh bien, il était en effet temps qu'il quitte Pavone.

Toutefois cela tombait plutôt mal. P'tit Louis aurait le plus grand mal à obtenir audience auprès du Duc. Celui-ci allait être occupé par les allégeances et la prise de fonction et patati et patata ... D'un autre côté, la Margaut ... la fille de Shera ... ne tarderait pas à arriver. Tant pis, il attendrait le temps qu'il fallait ; mais il aurait son audience.
En attendant, autant profiter de la fête.

P'tit Louis se glissa alors au plus près de ce qu'il pouvait pour voir la scène qui allait se jouer ... mais c'est un tout autre spectacle, qui se déroulait dans sa tête.


Revenir en haut
roi-lezard



Inscrit le: 17 Jan 2011
Messages: 14

MessagePosté le: Mer 18 Mai 2011 - 11:52    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

Une invitation à se rendre sur les terres du Duc de Canavese à l'occasion d'un anoblissement doublé de festivités, avait été accueilli avec moult enthousiasme au sein de la mesnie de Montjoye. Le Duc arrivait en fin de mandat et son emploi du temps semblait se décharger lentement de la pléthore d'obligations liées à sa mission. Ces derniers jours allaient être consacrés aux voyages diplomatiques. A peine de retour des terres du Grand Duc d'Occident, l'ultime péripétie du Duc Raoul allait mener le savoyard en la Cité des Papes d'Avignon, aventure placée sous le signe de la négociation et de la houle, à l'occasion de revendications territoriales jusqu'alors contestées par les Comtes de Provence, ainsi que sous le désir d'imposer le Duché de Savoie à une meilleure considération de la part de la Nonciature Apostolique Romaine et de quelques Cardinaux Electeurs réunis en Concile dont les dernières déclarations avaient réussi à outrer le souverain. Il se trouvait que les terres de Canavese se trouvaient fort heureusement sur ce chemin.


Ce fut un joyeux pèlerinage qui s'annonçait à travers les terres piémontaises, et qui donna l'heureuse occasion à Messire Raoul et sa jeune épouse de prendre un peu de bon temps en compagnie l'un de l'autre. La charmante Vicomtesse portant en son sein le premier attendu de leur lignée de descendance, tout le confort de circonstance avait été mis à sa disposition dans la voiture imposante et frappée de Croix de Saint Georges. Raoul, qui avait toujours la bougeotte lorsqu'il faisait de longs trajets, se tenait tantôt aux côtés de son aimée, mais de temps à autre il était remonté en selle afin de s'assurer que tout était en ordre depuis la tête et jusqu'à l'arrière train du convoi.
L'équipage avait fait quelques haltes tout au long du chemin et le couple accompagné de leurs plus loyaux serviteurs avait pu goûter aux douces nuits de sommeil récupérateur dans divers châteaux appartenant à la Maison de Savoie. Ils avaient siroté leurs vins, honoré leurs châtelains de conversations endiablées, partagé leurs us et coutumes avec grand plaisir.


Quand apparut enfin à leurs yeux pétillants le décor merveilleux de la célèbre cité d'Ivrea, l'excitation de sa Grace ne pouvait être contenue. Il s'exclama plus d'une fois face aux splendeurs des lieux. Si son bien aimé parrain ne fut pas le maître incontestable de la seigneurie, il aurait bien confisqué ces terres pour y établir un nouveau Ripaille rien qu'à lui. Souriant, il se vantait qu'il aurait fait ériger un pont par ici ou une fontaine par là.
La ville semblait en liesse comme Strasbourg lors du couronnement impérial, et le peuple indiquait la demeure du Duc Eddo sans même que la question ne leur fut posée. L'accent italien chantait plus fort que la mélodie du sifflement des oiseaux. Dans l'enceinte même du château, les employés de l'intendance se révélèrent parmi les plus serviables qui soient, et bien vite mignonnets et damoiselles conduisirent le couple d'invités sous la voûte d'honneur qui menait à l'endroit où allait se tenir sous peu la cérémonie. 


C'est alors qu'ils purent voir apparaître devant eux , le Parrain qui accueillait visiblement deux femmes, sa Grace de Montmayeur ainsi qu'une inconnue aux yeux de Raoul. C'est sa pipe fétiche fumante aux bout des doigts que le Montjoye s'inclina pour saluer Eddo avant de se permettre courtois et chastes baise-main à l'attention des Dames présentes.


" Votre Grace mon noble parrain, gentes Dames rayonnantes de beauté, c'est une joie que de vous retrouver pour cette journée. "
Revenir en haut
Aélis



Inscrit le: 16 Mai 2011
Messages: 12

MessagePosté le: Mer 18 Mai 2011 - 14:29    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

Voyage en voiture...
Long, tout le temps que Raoul chevauche, elle dort.
Dormir, elle avait l'impression de ne faire que cela, depuis des semaines.
Se lever, aller au conseil. Faire une sieste, manger, refaire une sieste, aller au tribunal, manger, dormir.
Épanouissant, une grossesse ? La bonne blague !
Elle comptait les mois qui la séparaient du terme...
Enfin, cette traversée des terres savoyardes avait au moins eu le mérite de lui permettre d'avoir son époux pour elle seule.
Pas de Roi Victor pour lui tenir la jambe alors que c'était l'heure d'aller dormir...
Précieux moments.
Alors malgré la fatigue omniprésente, elle rayonnait.

Ils approchaient d'Ivréa, et de sa banquette garnie de coussins, elle l'entendait s'exclamer et s'extasier de tout.
Alors elle se penchait par l'ouverture, et ajoutait ses propres commentaires, elle n'en avait jamais été avare.
Le désavantage de ce genre de loisirs était qu'au bout de trois minutes 30, votre coiffure était dans un état pitoyable.
Il fallut donc retourner à sa banquette et se refaire une beauté, du moins rattacher convenablement ses cheveux.
A présent elle était mariée, et donc laisser aller ses boucles était un grave crime de lèse-bienséance.
Beeky aurait été fière d'elle.
Une épingle à cheveux et un cahot plus tard, elle hurlait quelques grossièretés sur le cocher, en italien, parce que c'était la classe.
Bienséance, disions-nous ?

Toujours est-il que la voiture finit par s'arrêter dans la cour du castel.
La descente des marches du coche lui permit d'exposer à l'éclatante lumière du jour sa nouvelle robe.
Soie bleue, rebrodé de blanc, et à la ceinture du même.
Elle avait pu dégager son cou, débarrassé à grand renfort d'onguents de quelques marques aussi disgracieuses qu'évocatrices.
Le sourire flotte, un instant elle tourne son visage vers le Soleil.
Et puis se dirige, aux côtés de son époux, vers les quelques invités déjà présents.
Reconnait, dans le lot, son héraut.
Tout naturellement, lui adresse un grand sourire, ainsi qu'à Lilou, et à Eddo, tant qu'à faire.
Mais enfin, le protocole veut qu'elle s'incline, alors elle s'incline.
Et rajoute, à la suite de son époux :


Ivrea est une fort belle ville, je suis ravie d'enfin la voir.
Revenir en haut
Raishar



Inscrit le: 21 Mai 2011
Messages: 3

MessagePosté le: Dim 22 Mai 2011 - 15:16    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

Bruits de sabots martelant fortement le sol, souffles de montures poussées à bout de par leur cavalier emplissaient l’espace environnant que le groupe traversait.
Le Loup Aostois sortait de sa tanière accompagné comme si souvent de par une partie de sa meute, garde de Fénis, offrant aux vents capes noires comme habits du Duc qui suivant le porte étendard, demandait derniers efforts à sa monture.


Nul doute, il était en retard. Mais qui sait peut estre que cérémonie qui verrait Courmayeur estre anobli n’avait encore débuté. Il hocha légèrement la teste n’osant y croire.. Il s’en voulait pour une fois que ce défaut faisant parti de sa personnalité ne lui ait proposé trêve  en ce jour si important pour Courmayeur.
Quoi qu’il ne le laisse paraistre, l’Aostois était heureux pour la jeune femme qui depuis peu était devenue sa protégée, tout comme son fils…Nulle compassion dans son geste, simple désir de sa part de ne laisser Courmayeur sans défense e sa baronnie, de laisser terres déjà si pauvres s’appauvrir de plus par raids de mercenaires et surtout ne laisser dame de sa qualité bien seule sans époux pour veiller sur elle et son fils.


Quelle idée de l’avoir appeler Téséo-Alpi..encore en ce jour il n’arrivait à se faire à ce prénom, comme il ne comprenait pas pourquoi il avait accepté de se rendre chez le Duc de Canavese..Ces derniers temps il avait observé le Duc au ban, l’avait écouté avec attention  mais n’arrivait pas à cerner encore le personnage tant il était captif en son esprit d’un passé unissant à jamais les Von Valendras de Rhodes au Duc de Canavese…Peut estre qu’un jour il comprendrait, connaitrait la vérité quel qu’elle soit…
Mais en ce jour, place était aux festivités, a l’honneur qu’il se devait envers Courmayeur, au bonheur dont elle ne serait jamais estre sien, de voir terres lui revenir..
L’Aostois se redressa alors qu’Ivréa  qui était leur destination finale, leur apparaissait dans toute sa splendeur, mais le groupe ne ralentit l’allure tant le Duc pensait avoir retard important et ce n’est qu’arrivée en vue des portes de la ville, que chevaux ralentirent, que pas vint prendre place à galop effréné.



[Ivréa]


Le palais ducal resplendissait, le Duc semblait il n’avait mauvais gout et ne faisait chose à moitié,  le regard du Loup Aostois appréciait les lieux malgré son manque de gout pour toute cérémonies qui soit. Seul lui important soirée qui faisaient suite à journée de combat. Mais ce temps lui paraissait bien loin désormais et du Loup ne restait qu’un Duc héritier qui si souvent ne côtoyait qu’ennui.


Il n’eut de trop le temps de penser, de se demander quo que ce soit d’autre, ce jour était important pour Courmayeur, joie serait surement sienne et seul cela lui importait.
Un dernier regard à l’étendard flottant au léger vent, puis l’Aostois mit pieds à terre après avoir été annoncé,  laissant monture aux soins de ses gens.
Il remit ordre en ses habits, réajusta fourreau puis après un dernier regard aux alentours et hocher teste devant la décoration de très bon gout des lieux suivit gens de Canavese.
Il ne semblait estre de trop en retard ce qui le rassura tandis que pas les amenaient en salle ou se déroulait la cérémonies..


Et ce n’est qu’arrivé que l’homme l’annonça et se retira après que le Von Valendras l’ait remercié d’un léger signe de teste..le Regard du Duc scruta la pièce, puis comme toujours semblant le plus détendu du monde, nonchalant il entra dans la salle, saluant personnes présentes. Il ne connaissait guère de monde et sourire cachait son malaise..
Le Duc de Canavese semblant occupé et en grande discussion avec le Duc Régnant et son Epouse, Sa Grace Dame Lilou et autres gens qu’il ne connaissait point, il ne se permit de les rejoindre d’autant qu’il ne les connaissait guere et sans manque de respect resta à distance et salua le groupe noble d’une légère inclinaison de la teste comme à son habitude…
Revenir en haut
Eddo Puègmirol
Duc de Canavese
Duc de Canavese

Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2008
Messages: 195
Localisation: Palais ducal, soit d'Ivré, soit de Chambéry
Masculin

MessagePosté le: Dim 22 Mai 2011 - 15:47    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

Le duc salut la remarque du héraut avec un large sourire car il n'est rien de plus délicieux pour un noble que de complimenter ses joyaux les plus grand et le joyaux par excellence d'Eddo reste son duché. Le duc répond.

Vous m’honorez dame. Votre voyage fut a votre goût? Comment se porte notre sœur la Franche Comté, je sais qu'elle panse quelques blessures et sommes fort honorez de l'en aider. Tandis qu'ils dévissaient poliment la duchesse douair arrive. Eddo toujours tout sourire la salut et l'invite à les rejoindre en disant. Votre grâce, c'est un honneur et un plaisir que de vous savoir parmi nous. Soyez remercier d'avoir accepter d'officier avec votre charmante consoeur de Franche Comté.  Tout en disant ça, un couple de jeune gens accompagne la duchesse et comme pour la héraut lui propose de l'eau autant pour se laver des poussières du voyage que pour se désaltérer.

Mais rien n'y fait certains invité, en fait, tous, manque. Le duc cache parfaitement son désarroi, car sans dame à anoblir, sans invités pour ce faire, c'est de ridicule qu'il allait se couvrir. Il sait que Lisyane est à la forteresse, mais il ne manquerait plus que celle-ci y soit enfermé, ou qu'un malheur lui arrive en route, ou allez savoir quoi. Toujours discutant il regarde de temps en temps la porte de la cour espérant voir arrivé quelqu'un.

C'est avec un soupire de soulagement non feint qu'il voit enfin arriver l'air de rien un duc de Savoie et sa douce épouse. Le couple est rejoint par un couple de Canavéséens qui se mettent a leur tour à leur service. Un homme du duc plus fin que les autres part vers l’intérieur du palais afin d'aller chercher une cathèdre que deux domestique apportent et place sur l'arrière du trône ducal tandis qu'Eddo accueille ses amis.


Vos Mugnificientes grâce, tout le Canavese est en joie que de vous recevoir ce jour. Cela étant dis avec une révérence simple mais sincère. Soyez les bienvenue en ma Capitale et en mon modeste palais. Merci votre grâce du compliment pour ma ville, elle se porte mieux que bien en effet.

Enfin des invités, c'était mieux que rien, mais toujours aucun signe de la baronne. Alors qu'Eddo se promet de lui faire peindre les doigts de pieds au miel avant de lâcher un ours dessus, un galop se fait entendre. Le duc sourit content de la savoir enfin parmi eux. mais voilà que c'est son voisin le duc d'Aoste qui arrive. Un quart de seconde étonné, Eddo se rattrape aussi vite que faire ce peux et s'exclame.


Votre grâce d'Aoste, mon voisin! Qu'elle joie que de vous voir. Soyez le bienvenue en Canavese. La gestion des couples de serviteurs, cafouille un peu avant que le major de maison ne pousse l'un d'entre eux a aller faire sa tache. Eddo sourit et dit pour cacher le cafouillage. Vous êtes pile à l'heure, la baronne n'est pas encore arrivé et il manque encore la moitié des invités. Venez donc que je vous présente au duc et aux Heraut d'empire.

Toujours souriant et cordiale le duc essai de détourner l'attention pendant qu'une seconde Cathèdre apparait et que tous les fauteuils sont décalés afin de permettre au duc d'avoir siège au rang qui est le sien. Par bonheur la maison du duc de Canavese est bien faite et l'on trouve bien vite un oriflamme aux couleur du duc d'Aoste que l'on pose derrière la cathèdre. L'on en profite pour mettre la duchesse de Savoie par mariage plus prêt de son époux.

C'est dans l'inattendu que l'on vie le mieux se dit le major de maison en regardant les préparatifs changer du tout au tout selon l'arrivé des invités, tandis que le duc de Canavese ne cache pas de son coté le plaisir de ces arrivés.

_________________
en deuil
Revenir en haut
Laclemanus de Chenot
Visiteurs

Hors ligne

Inscrit le: 10 Mai 2011
Messages: 3
Localisation: Ici et là

MessagePosté le: Dim 22 Mai 2011 - 21:34    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

Laclemanus arrivait enfin en vue d'Ivrea qu'il découvrait avec plaisir, plaisir également de fouler pour la première fois les terres du Duc de Canavese qu'il osait compter parmi ses amis. Tout au long de son périple il avait put admirer la beauté des lieux qu'il traversait, remarquant la bonne gestion qu'Eddo avait de ses terres.
Ivrea était en pleine effervescence, partout de beaux atours et des décorations à chaque coin de rue. Après avoir demandé plusieurs fois son chemin, Laclemanus arrivait enfin dans la salle ou se trouvait déjà les invités conviés pour cette cérémonie.
Laclemanus après quelques pas s'arrêta, admirant l'endroit aménagé avec grand soin, saluant au loin et d'un signe de tête les personnes dont il croisait le regard, n'approchant guère plus, car jamais trop à l'aise dans ce genre d'assemblée.
Revenir en haut
lisyane
Vassaux

Hors ligne

Inscrit le: 04 Déc 2008
Messages: 6
Localisation: Bourg

MessagePosté le: Lun 23 Mai 2011 - 17:03    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

Lorsque les montures passèrent les portes de la cour intérieur, Lisyane sourit, nullement surprise de part le faste que son parrain avait déployé pour cette cérémonie.
Tentures, oriflammes, couleurs, tapis, fauteuils, gens de maisons...Tout y éstaient..
Elle tira sur les rênes du frison faisant stopper sa monture.
Yzalba et Rollin a ses costés, charrette ou prenait place les enfants et les gens de la mesnie, nourrice et Algonde ne passèrent pas la porte restant a distance, alors que déjà on s'affolait en Canavese pour venir au devant du cortège et aider a descendre.
Elle se promis que c'était la dernière fois qu'elle monterait en Amazone, mais garda le sourire alors que son regard maintenant se faisait plus observateur et tentait de repérer mine de rien qui estait là.
Le Régnant et la Vicontesse, les Hérauts....
Elle défroissa sa robe, ce qui estait parfaitement ridicule car la monte en Dame de la grande noblesse ne froissait en rien la vesture.
Elle sourit grandement a Laclemanus, elle estait contente de le voir, il se faisait rare et sa présence lui fit un grand plaisir.
Alors que deja les chevaux estaient emmenés, Courmayeur et sa mesnie se dirigea vers le Duc afin de le saluer.
Il paraissait inquiet et semblait ne pas estre des plus sereins, surement un manque de chanvre...
Soudain cependant, elle fit un arrêt, le valendras estait là, leur regards se croisèrent s'accrochant un instant.
Quand ils s'étaient vus et qu'elle lui avait proposer de venir elle ne pensait pas qu'il viendrait, connaissant son aversion pour ces cérémonies, cependant elle du s'avouer que cela lui faisait plaisir de le voir, son sourire suivit son regard, ne pouvant se détacher des prunelles noires du Duc...
Mais c'est a son parrain qu'elle tendit les mains...

Le Bon jour mon parrain...Un petit mouvement de teste cherchant...
Alinoë n'est pas là?

Petite révérence au vicomte et son épouse dont la taille qui s'épaississait a vu d'œil.


Faire tant de chemin est il prudent? Elle lui sourit sachant pertinemment que c'estait convenu et absolument hypocrite venant de sa part, elle qui avait chevauché tout le temps de sa gésine..Sourire entendu a Aelis et un léger clin d'œil.
Un signe de teste aux Hérauts, pui se retourna vers Laclémanus.

Vous me faictes un grand plaisir...

Puis enfin se retourna vers le Loup...

Vous avez donc quittez Fénis?
Saviez vous que si La Doire Baltée prend sa source dans les glaciers du Mont maudit et arrose Courmayeur et Aoste, elle passe également a Ivréa?
_________________
Lisyane des Sainctes Eaux
Baronne de Courmayeur
Revenir en haut
Alinoë de Chenot
Amis

Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2010
Messages: 25
Localisation: Belley

MessagePosté le: Mar 24 Mai 2011 - 07:42    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

[Saint-Julien en Genevois.]

Alinoë était d'humeur changeante depuis plusieurs jours, elle était tantôt triste tantôt en colère.
Madeleine la cuisinière qui avait été celle de sa mère, s'éteignait doucement et la jeune fille ne pouvait rien faire.
Elle avait appelé tous les médicastres qu'elle connaissait et tous avaient eu le même diagnostic


- Damoiselle, c'est l'âge. Votre cuisinière s'en va. Vous devez être contente, elle a eu une longue vie.

Bien entendu cela ne consolait en rien la jeune fille qui partait s'enfermer dans son bureau où on l'entendait crier ou alors,
elle partait dans son salon de musique et la harpe pleurait pendant de longues heures.

Ce matin-là par contre, elle se leva encore plus tôt que d'habitude, l'aube n'était pas levée. Elle débordait d'énergie et fit tirer du lit son maitre d'arme.
Le pauvre arriva carrément endormi et demanda


- Que désirez-vous à cette heure, chère enfant ?


Chère enfant ? Ce n'était pas vraiment comme cela qu'il avait envie de l'appeler à cet instant précis mais que voulez-vous ? Une duchesse qui en plus était sa maitresse.
S'il avait dit le fond de sa pensée, surement qu'elle l'aurait fait empaler. C'est que l'enfant devenait donzelle et que son caractère était de plus en plus affirmé. Il retint
un soupir.
Alinoë le regarda. surprise. Pour elle c'était évident, elle ne l'avait pas fait venir pour discuter broderie, surtout qu'ils étaient dans la salle d'armes.


- Que désire-je ? Mais m'entrainer, voyons. Où avez-vous la tête ? On commence tout de suite, j'ai une longue journée qui m'attend.

Le maitre d'armes la regarda avec les yeux ronds puis haussa les épaules, ah les lubies des nobles riches. Bon gré mal gré, plutôt malgré, il fit
faire son entrainement à la capricieuse. La jeune duchesse lui en fit voir de toutes les couleurs, elle avait beaucoup progressé surtout
depuis qu'elle était écuyère du grand maitre. Il n'avait presque plus rien à lui apprendre. Et elle semblait avoir mangé de la vache enragée.
Alinoë se défoula et après avoir presque tué son maitre d'armes, elle alla faire sa promenade dans les jardins, il faisait encore trop sombre pour une
promenade à cheval.

Quand elle revint, elle était comme elle devait être. Une jeune fille sage et amène. Elle estima qu'elle pouvait se présenter à l'anoblissement de son amie et protectrice.
Elle ne voulait surtout pas la décevoir. Elle avait fait tout ce qu'il fallait pour évacuer son mal être. Ce jour serait jour de joie.


Quand le carrosse s'ébranla pour aller chez son parrain, le ciel palissait à peine. C'est que le Canavese était un peu loin de Saint-Julien.
La jeune fille somnola pendant la moitié du trajet, sa femme de chambre, elle, ronflait franchement.


[Ivréa]

Le beau château de son parrain apparut et Alinoë sourit. Elle connaissait bien l'endroit et elle s'y sentait chez elle. Protégée, à l'abri.
Elle pensait déjà à toutes les promenades qu'elle ferait après l'anoblissement. Elle resterait quelques jours chez son parrain. Cela lui ferait du bien.
Avec Eddo, elle n'avait jamais le temps d'être triste. Il avait toujours quelque chose à raconter ou à faire faire. La chasse, la pêche et moult choses encore.
Et surtout, il lisait en elle comme dans un livre ouvert. Elle ne pouvait rien lui cacher. Il ressentait son humeur avant qu'elle-même en prenne conscience et
il faisait tout pour que celle-ci reste au beau fixe.

Le village était animé, paré, en liesse. Des carrosses montraient à la jeune duchesse qu'elle n'était pas parmi les premières arrivées.
Elle reconnut quelques armoiries.

Alinoë descendit élégamment de son carrosse, elle vit tout de suite son père. Comment ne pas le reconnaitre ? il était si grand. Ainsi il était donc venu.
Elle savait qu'il fuyait ce genre de cérémonie mais elle savait aussi que Eddo était son ami et que Lisyane était de ces femmes qu'il respectait.
La jeune fille avança gracieusement vers Eddo





Elle lui fit la bise sur la joue et lui donna un sourire épanouie. Elle était heureuse d'être là pour son amie.


- Bonjour Parrain, vous êtes resplendissant !

Puis elle salua le duc régnant et son épouse de la tête avec beaucoup de respect puis elle alla embrasser Lisyane sur les deux joues, bien entendue et elle la serra dans ses bras.

- Oh que tu es belle ! On se reparle tout à l'heure !

Elle continua ses salutations, embrassant Lilou, saluant d'un signe de tête les autres personnes pour finir par aller vers son père.

- Bonjour Père. Toi aussi tu es en beauté. Mère craquerait si elle te voyait. Il fait beau n'est-ce pas ? tu es là depuis combien de temps ?


Et elle bavardait, bavardait mais en chuchotant pour ne pas déranger.







_________________
Revenir en haut
Raishar
Visiteurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2011
Messages: 3
Localisation: Aoste

MessagePosté le: Mar 24 Mai 2011 - 23:53    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

Surpris est mot faible alors que le Duc de Canavese le rejoint tout sourire…bien qu’il est perçut que ce dernier fut lui mesme surpris de le voir en sa demeure…On allait de surprise en surprise et cette situation devenait très intéressante..

Mais, souriant puis inclinant teste en signe de salut à Sa Grace..
Vostre Grace de Canavese et très cher voisin !! Tout aussi ravi de vous voir et je vous remercie de l’accueil qui est vostre..
Il porte le regard sur l’agencement et la décoration ..
Magnifique Vostre Grace, Ma dame de Courmayeur à chance d’avoir parrain tel que vous..

Puis il suivit le Duc de Canavese, ils auraient temps désormais de discuter tous les deux…et vint saluer les invités de sa Grace de Canavese..
Vostre Grace, Madame, ravi de vous rencontrer en d’autres lieux qu’en Chambery..
Il ne changea sa façon de faire en saluant le Duc de Savoie et Madame son Epouse, puis fit de mesme en direction de Dame Lilou..
Vostre Grace bien le bonjour..



Salua les hérauts Présents et l’homme se trouvant présent, le gratifiant d’un sourire tout en se demandant qui il pouvait estre…

Il n’eut guère le temps de faire plus ample connaissance que Courmayeur arrivait, il l’observa un instant. Regard en regard puis il s’en détourna rapidement, et trouva interest soudain en sa bague qu’il fit tourner autour du doigts de sa main qu’elle ornait..



Elle était magnifiquement belle, virevoltait avec grâce sous son regard, resplendissait comme jamais..

Au loin les pensée, Courmayeur se rapprocha et il esquissa léger sourire en sa faveur. Il l’écouta avec attention sans que le moindre de ses traits ne trahissent la moindre de ses pensées. Mais un léger éclat traversa son regard avant qu’il n’incline teste saluant la jeune femme..
Ma Dame..je ne pouvais ne point me rendre à cérémonie en vostre faveur. Je suis ravi d’estre venu et vostre parrain a fait les choses de façon magnifique..

Puis il regarda la jeune femme…
Je ne savais que Doire passait également en Ivréa..cette nouvelle me ravit, je ne tarderai à comme si souvent m’en aller contempler ses eaux si secrètes..
Il sourit doucement avant d’hésiter un court instant..
Suite à cette pensée concernant Doire et terres traversées,.......Souvenirs me sont revenus et il est urgent que je vous entretienne à ce sujet...
Revenir en haut
lisyane
Vassaux

Hors ligne

Inscrit le: 04 Déc 2008
Messages: 6
Localisation: Bourg

MessagePosté le: Mer 25 Mai 2011 - 11:57    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

Elle se retourna lorsqu'enfin, la jeune Alinoë se présenta.
D'une élégance a toute épreuve, elle grandissait et devenait une jeune femme bien agréable a mirer.
Comme a son habitude elle lui claqua deux bises sur les joues de son attitude enjouée et d'un grand sourire.
Puis lorsque La petite Duchesse rejoint son père, a nouveau son regard se porta sur le Duc.
Elle s'efforça, mais avec grande difficulté a ne pas pouffer de rire a cette dernière remarque, cet homme avait un culot a toute épreuve, de l'audace a revendre, et c'est bien difficilement qu'elle lui répondit.

Peut être qu'il ne serait pas élégant de m'entretenir icy mesme alors que cérémonie se prépare, petit coup d'œil a son parrain et a l'activité de ses gens qui, semblable a une fourmilière allaient et venait se croisant, soufflant, transpirant pour la mise en place des fauteuils, gestion des montures et arrivées en tout genre.
Cependant elle se retourna et murmura a l'intention du Duc.

Voudriez vous me parler de commerces, navigation fluviale, d'alliances marchandes entre vous et moy?
Si tel est le cas je serais en joy de parcourir les berges du fleuve en vostre compagnie et de vous faire découvrir les trésors que la Baltée cache en ses plus profondes vallées.
Sachez qu'il y a du potentiel et que la Baltée ne demande que besogne bien menée pour créer quelques alliances fort intéressantes.

A nouveau elle le regarda sourire aux lèvres, un bref instant avant de revenir a son parrain, regardant toujours le Duc en coin, d'un regard pétillant en songeant déjà a ce que pourrait révélé le fleuve.

Enfin elle se retourna...

Laissez moy vous présenter a tous la mesnie de Courmayeur.
Rollin l'intendant et grand ami, humble et honnête, dévoué a la Savoy et a Courmayeur comme jamais personne ne le saura...
Sa mie et la régente des terres Yzalba de Anouchavam, médicastre, qui au delà des liens, des terres de Courmayeur est une sœur de cœur, elle sourit a Yza sachant qu'elle comprendrait ses propos, elle m'a sauvée la vie bien des fois...
Elle passa la main sur les cheveux de Colinet, remarquant la broche d'argent du blason de Courmayeur qu'elle lui avait offerte du matin.

Colinet dict l'Attachant enfant de Savoy et future Chevalier a en croire son courage quand a tenir teste aux gardes de Faucigny lorsque il a fallut passer pour venir me chercher quand sa sœur est venue au monde, elle se retourna vers Marinette qui tenait la petite Alix dans les bas et donnait la main a Valentin.
Cette enfant Alix, ma filleule et première née de la mesnie, et le petit Valentin, diablotin a déjà courir partout pour suivre les tribulations de son frère.
Voilà la belle famille de Rollin et Yzalba, un peut complexe mais je crois que leur bonheur nous fera tous rougir.
Elle n'avait pas dit cela en l'air, comme un vulgaire compliment de bienséance..
Puis enfin elle fit un signe a Algonde de s'approcher.

Mon parrain, a vous tous alors que cette cérémonie va se dérouler sous les Augures de Canavese avec la présence surprise d'Aoste qui a consentit a me mettre sous sa protection, au vu des moments difficiles que nous traversons, je voudrais vous présenter l'Héritier de Faucigny.

L'enfant dormait paisiblement dans les bras d'Algonde, de luxe vestu comme son rang l'exigeait, il estait un Héritier sans père..
En cet instant son regard s'assombrit, peut être mesme qu'un sourire triste accompagna ce petit quelque chose qu'elle ressentait au fond d'elle.
Jamais elle n'aurait cru vivre pareil instant.
Mais elle se dit que la vie était ainsi faite, hélas et qu'a défaut de père présent et de mère aimante Téséo-Alpi aurait une mesnie dévouée et que son parrain ou Aoste pourrait subvenir a son éducation, a moins qu'elle ne le confît a Moustier et a L'Archevêque qui saurait lui donner une éducation du a son rang, tout en étant sur les terres de son père...
Mais il n'était pas encore temps de penser a tout ceci, il était nouvellement né et encore pendu au sein de sa nourrice afin que poids il ne prenne, et la Bâtie le protégeait encore de ce monde acerbe, et de son rang qui aurait bien assez tôt raison de sa liberté.
_________________
Lisyane des Sainctes Eaux
Baronne de Courmayeur
Revenir en haut
Eddo Puègmirol
Duc de Canavese
Duc de Canavese

Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2008
Messages: 195
Localisation: Palais ducal, soit d'Ivré, soit de Chambéry
Masculin

MessagePosté le: Ven 27 Mai 2011 - 18:31    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

L'arrivé de Lac, aussi discret que possible ne laisse pas le duc impassible, il est très content de le voir enfin parmi eux. il sait combien il n'aime pas ce genre de petite sauterie, mais il est tellement difficile de le voir ailleurs que c'est toujours agréable de le savoir ici, même is pour ça il aura du forcer sa nature. Cela rend d'autant plus honorant que de l'avoir. c'est alors que la mesnie fait son entrée. Aussi vivante que nombreuse. Eddo se demande si Lisyane n'avait finalement pas prit le partie de le rendre fou, juste pour le plaisir de le voir manger son chapeau. Mais nul temps pour ça. Il la salut avec tendre courtoisie et avec la gentillesse d'éviter de faire une ramrque qui n'avait ni lieu ni raison d'être.

Puis c'est le tour de la duchesse de Liserno que d'arrivé. Son duché n'est pas vraiment loin, mais elle arive bonne dernière. Cela fait sourire le duc qui la sait habituellement très à cheval sur les horaire, mais il ne dit rien. Il se laisse baiser les joue et lui répond gentillement que le plaisir n'en est que plus grand de son coté.

Alors que le duc se demandais quand les préparatif seraient finit, la duchesse de Faucigny désir lui présenter Teseo. Eddo semblait être le seul à trouver que l'alliance des deux prénom de l'enfant était une idée originale et sympathique. Le duc avait connu les deux et avait apprécier les deux à leurs justes valeurs. Soit ils ne pouvaient s'entendre, mais que la protéger du lion, épouse du fils d'Alpi, prénomme son fils ainsi, ne l'étoonnait pas et réconscilié post mortem deux grands de Savoie. Eddo regarde l'enfant et dit d'une voie douce et ronronnante.

Puisses tu vivres longuement, puisses tu apporter à la Savoie ce que ceux qui ont porter les augustes personne ayant eu tes prénoms ont donné et puisses tu rester digne de ta naissance et de ton rang.

Puis à la mère sur un ton calme et tendre.

Sois bénie, Lisyane des Saintes Eaux et soit assurée de mon amitié et de mon Amour.

Une fois le pathos de la situation terminé le duc voit que les préparatif eux aussi sont achevé. il laisse chaque invité s'extasié devant la petite vie qui porte tant d'espoir puis dit.

Si nos nobles invités acceptent de prendre place sur l’autre estrade et que nos chers hérauts sont prêts nous allons pouvoir commencer l'anoblissement de la dame d'Ozegna. Que celle-ci d'ailleurs veuillent bien reste ici.


_________________
en deuil
Revenir en haut
Raishar
Visiteurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2011
Messages: 3
Localisation: Aoste

MessagePosté le: Sam 28 Mai 2011 - 22:41    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

Il salua et sourit à la jeune Duchesse Alinoé, se souvenant d’elle et de leur rencontre en Chambery..Jeune fille qui avait été la première à l’accueillir avec simplicité et honneur… Qui de par la mesme occasion lui avait présenté Courmayeur alors bien froide et distante.
L’Aostois inclina légèrement la teste suite aux mots de Courmayeur, esquissa léger sourire mais ne dit mot, se contenta d’acquiescer aux propos de la jeune femme…Un instant il croisa son regard, s’en détacha avec grand mal et le reporta sur la jeune Duchesse rejoignant visiblement personne de sa famille.                                                                               

Puis Courmayeur prit la parole, il l’écouta attentivement mettant nom sur chacune des personnes qu’elle présentait alors puis resta pensif un instant alors qu’elle présentait de façon officiel son fils.  
                                                                                                                                                                                                                                                              

L’Aostois n’avait jamais vu cet enfant et ne savait sincèrement que penser au sujet de son nom. Il n’était de ceux qui croyait qu’en de là de la mort réconciliation soit possible et se demandait souvent si le Lion lui pardonnerait d’avoir si rapidement accepté que son nom et celui d’Alpi soit associé ainsi…
Puis il écouta le Duc de Canavese, surpris qu’il associe également le Lion à Alpi parmi les grands hommes. Mais il ne préféra en pensées s’attarder de trop longuement sur ce sujet …Il reporta son regard sur l’enfant. Le regarda longuement. Ce n’était qu’un enfant et son avenir dépendrait de l’éducation qui lui serait donné. Et pour cela il faisait confiance en Courmayeur afin que son sang prenne le dessus..

Il prit place comme l’indiqua le Duc de Canavese,  et attendit patiemment la suite de la cérémonie..
Revenir en haut
Laclemanus de Chenot
Visiteurs

Hors ligne

Inscrit le: 10 Mai 2011
Messages: 3
Localisation: Ici et là

MessagePosté le: Mar 31 Mai 2011 - 21:04    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

Alinoë de Chenot a écrit:

- Bonjour Père. Toi aussi tu es en beauté. Mère craquerait si elle te voyait. Il fait beau n'est-ce pas ? tu es là depuis combien de temps ?


- Depuis combien de temps? J'avoue ne pas savoir et ne pas y avoir pris garde, mais cela est normal, tu sais bien que le temps n'a plus d'emprise sur moi.

Un petit sourire se dessinait sur son visage alors qu'il détaillait sa fille des pieds à la tête.

- Ne dis pas de sottise, quand on parle de beauté à un homme de mon age, c'est pour en cacher le poid des ans alors que je me sens frais comme un gardon et plus jeune que jamais, sans doute une utopie, mais il fait si bon de rêver. Par contre toi, c'est un plaisir pour les yeux que de te contempler, tu es ravissante.

Plus le temps passait et plus sa fille ressemblait à sa défunte épouse, lui rappelant des souvenirs qui parraissaient à chaque fois plus lointain.

Laclemanus n'eut pas le temps de devenir nostalgique, Eddo venait de les convier à se rendre sur l'estrade, ce qu'il fit en tenant Alinoë par le bras.
Revenir en haut
lisyane
Vassaux

Hors ligne

Inscrit le: 04 Déc 2008
Messages: 6
Localisation: Bourg

MessagePosté le: Mer 1 Juin 2011 - 13:45    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

Elle apprécia les paroles de son parrain.
Finalement sans le savoir il était le seul a la connaître parfaitement, elle se demanda si son histoire et ce qui les liait sans qu'il le sache ne jouait pas dans leur relation.
Ses pensées s'éternisèrent un instant a l'année passée ou elle l'avait trouvé errant a Castelanne, hirsute et délirant sur un passé qui etait lié bien plus qu'ils n'avaient oser imaginé, elle n'avait rien dit, préférant le recueillir et le soigner a Courmayeur, mais il viendrait le temps ou il faudrait qu'elle lui parle de cette enfance de ses souvenirs embrumés et son désir de tout connaître et lui avouer enfin que peut être il lui avait botté les fesses.
Son regard se porta sur le Valdôtien, et lui comment prendrait il cette histoire, il l'avait mise en protection d'Aoste, alors qu'elle avait couru en Provence.
Il n'estait pas temps...
Elle sourit a son parrain et pendant que tous rejoignaient les places attribuées, elle resta au costé de son parrain qui lui renouvelait son attachement.
Insupportable parrain, si imprévisible et dur parfois, aimant le luxe et la luxure que le monde porte, mais si humble et entier dans ses sentiments, sensibilité cachée, dévotion grimée d'un Duc qui se montre rude parfoy...


Mon parrain en ce jour béni qui me verra vostre vassale, je suis preste a vous offrir mon serment.
_________________
Lisyane des Sainctes Eaux
Baronne de Courmayeur
Revenir en haut
Eddo Puègmirol
Duc de Canavese
Duc de Canavese

Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2008
Messages: 195
Localisation: Palais ducal, soit d'Ivré, soit de Chambéry
Masculin

MessagePosté le: Dim 5 Juin 2011 - 17:17    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

Ainsi les invités prennent place et leurs couple de domestique attitré les suit pour se mettent derrières eux. l'homme à gauche, la femme à droite. Le duc s'assoit sur son trône et se tait. Dans le lointain c'est d'abord le son trébuchant d'un instrument qui se fait entendre, puis lentement il est rejoind par d'autres pour entrainer une musique des plus martiale. Pourtant nul musiciens visibles dans la cour ou sur les avant toit. Nul part l'on ne peux les voir, car aucune fenêtre n'est ouverte non plus dans le bâtiment mais la musique est là.  C'est seulement lorsque tout les instruments se son lancé que le duc  se met à parler. Sa voie est au dessus des instrument et elle porte dans toute la cour.

Lisyane des Saintes Eaux, par ce jour glorieux, nous allons créer un nouveau lien entre nous. Depuis déjà bien longtemps nous nous connaissons. Tu m'as connue alors que j'étais dans uné tat impossible, nous avons passé des moment important ensemble et j'ai appris à découvrir la puissante noble que tu es et ta capatité de grande militaire.

Le duc se tait, il regarde Lysiane et lui sourit, puis il regarde ses invités et reprend.

Vous tous ici présent vous serez les témoins de l'anoblissement de Lisyane des Saintes Eaux. Pour la plus grande partie vous savez combien je ne donne pas le titre de Vassale du Canavese à la légère et que je ne choisie jamais mieux que l'excellence pour porter mes couleurs. Vous avez devant vous l'excellence. Les temps changent et nous, la noblesse, devons mieux que quiconque changer avec lui.  Avoir un vassale n'est pas un cadeau, devenir vassal n'est pas non plus un cadeau.

Je ne demande jamais à mes vassaux de devenir mes serfs, j'en ai déjà bien assez, j'ai besoins qu'ils soient là pour me conseiller, pour m'aider, me soutenir dans les affaires de mon duché. Hors de celui-ci ils sont libre d'agir, tant que cela n'entraine ni la mise en danger du Canavese, ni de ma vie. S'ils veulent agir contre mes intérêts politique, ou contre mes projets savoyards, qu'ils le fassent. S'ils veulent aller découvrir notre beau monde, qu'ils le fassent, s'ils veulent épousailler une personne qu'ils le fassent.

Tant que je peux compter sur eux en cas de besoin et qu'ils comprennent bien que leurs fiefs ne sont pas héréditaire, ils font ce que bon leur semble. Si un de mes vassaux me trompe, me trahis, me manque du plus élémentaire des respect, pour moi, le Canavese ou ses intérêts la peine est simple. Je lui retire ses terres et je l'attaquerai jusqu’à se que la raison et la mort le retrouve.


Le duc se tait et deux page lui apporte divers élement posé sur un coussin. Il se lève et fait signe à Lysiane de poser genoux à terre puis il reprend d'une voie forte.

Lisyane des Saintes Eaux acceptes tu, libre de toute contrainte et de tout avilissement de devenir la dame d'Ozegna, vassale du duché du Canavese et de son duc légitime, Eddo Puègmirol?

Lisyane des Saintes Eaux, acceptes tu, libre de toute contrainte et de tout avilissement de ne jamais nuire au duché à son duc et à ses affaires?

Lisyane des Saintes Eaux acceptes tu, libre de toute contrainte et de tout avilissement de défendre ton duc, ses biens et ses intérêts en cas de guerre ou de déplacement?

Lisyane des Saintes Eaux acceptes tu, libre de toute contrainte et de tout avilissement de conseiller ton duc sur chaque décision du duché qui te seront présenté? de guider ton duc et son duché vers la Paix d'Aristote et vers l'Amitié et l'Amour qui est notre but ultime à tous?


Après chaque question le duc se tait, laissant la baronne répondre selon son souhait.
_________________
en deuil
Revenir en haut
lisyane
Vassaux

Hors ligne

Inscrit le: 04 Déc 2008
Messages: 6
Localisation: Bourg

MessagePosté le: Lun 6 Juin 2011 - 19:59    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

Elle reconnaissait bien là son parrain, parlant haut et fort d'une voix portante sur la musique et les cors, clamant a tous a qu'elle point elle estait exceptionnelle et excellente, elle sourit , il en faisait toujours trop...Cependant elle l'aimait pour cela et c'est donc humblement qu'elle mis genoux a terre pour lui porter serment.


 
Citation:
Lisyane des Saintes Eaux acceptes tu, libre de toute contrainte et de tout avilissement de devenir la dame d'Ozegna, vassale du duché du Canavese et de son duc légitime, Eddo Puègmirol?

Moy Lisyane des Sainctes Eaux, libre de toutes contraintes, j'accepte de devenir Dame D'Ozegna.

 
Citation:

Lisyane des Saintes Eaux, acceptes tu, libre de toute contrainte et de tout avilissement de ne jamais nuire au duché à son duc et à ses affaires?

Moy Lisyane des Sainctes Eaux, libre de toutes contraintes, par les liens qui sont nostre et les liens qui deviennent nostre, je promet de ne nuire en aucun cas a Canavese, pour son Duc et ses affaires.



 
Citation:
Lisyane des Saintes Eaux acceptes tu, libre de toute contrainte et de tout avilissement de défendre ton duc, ses biens et ses intérêts en cas de guerre ou de déplacement

Moy Lisyane des Sainctes Eaux, libre de toutes contraintes, j'accepte en devenant Dame D'Ozegna., de vous défendre et de défendre vos terres et vos intérêts, autant que ma condition Chevaleresque me le permet, sur mon honneur et par mon bras.



 
Citation:

Lisyane des Saintes Eaux acceptes tu, libre de toute contrainte et de tout avilissement de conseiller ton duc sur chaque décision du duché qui te seront présenté? de guider ton duc et son duché vers la Paix d'Aristote et vers l'Amitié et l'Amour qui est notre but ultime à tous?

Moy Lisyane des Sainctes Eaux, libre de toutes contraintes, j'accepte de devenir Dame D'Ozegna, et d'être vostre conseillère vassalique pour mener Canavese vers l'Amour, l'Amitié et la Paix, de vous conseiller et de vous servir par les capacités qui sont miennes.
_________________
Lisyane des Sainctes Eaux
Baronne de Courmayeur
Revenir en haut
Rollin
Visiteurs

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mai 2011
Messages: 2
Localisation: Chambéry
Masculin

MessagePosté le: Mer 8 Juin 2011 - 17:46    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

Rollin avait salué le Maître des lieux avec déférence, puis avait pris place avec les siens auprès de Lisyane... La douce Dame du Mont Maudit resplendissait. L'Intendant posa un regard affectueux sur la jeune fille fut appelée par le Canavese, son lige.

Toute la Mesnie frémissait et leurs pensées accompagnaient leur Dame et Maitresse. Rollin posa l'index de sa dextre sous le menton de Colinet pour lui faire fermer sa bouche qui béait. Il faut dire que le Vaurien des Chavonnettes n'avait toujours pas l'habitude des fastes et du lustre des réjouissances nobles.

Vint l'heure des serments... Rollin frisssonna car dans son âme résonnaient les échos de son lointain passé, les phrases dites, les serments portés et toujours tenu, maintenant encore, alors qu'ils n'avaient plus lieu d'être. Les souvenirs oubliés d'un monde désormais mort pour lui.

Chacune des phrases d'Eddo, chacune des réponses de Lisyane faisaient vibrer son coeur et le mettait à la torture.

Rollin ferma les yeux un instant, pria en silence.
_________________
Toujours Fidèle & Dévoué
Revenir en haut
Yahoo Messenger
Lara_von_dumb
Visiteurs

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2011
Messages: 4
Localisation: Franche Comté
Féminin Lion (24juil-23aoû) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 8 Juin 2011 - 20:46    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

La Dame se perdit progressivement dans le silence et les songes. Un sourire s'étira sur ses lèvres quand après quelques secondes elle reconnu sa poursuivante, qui bientôt pourrait peut être prendre sa place, et elle aspirer à une nouvelle greffe pleine de promesse... Peut être. Quand aux autres invités, elle les salua poliment et discrètement, ceux qui la remarquèrent comme les autres, ne prenant plus guère part aux discussions, c'était là qu'apparaissait la limite de n'être pas savoyarde.

Si elle suivit sagement tous les échanges, la cérémonie bien différente de tout ce qu'elle avait pu voir par avant, la laissa surprise, incapable de deviner si l'on attendait d'elle une quelconque participation. Qui plus est, quand elle n'était là qu'en tant que second héraut pour palier à un problème. Mais après quelques secondes de silence, il lui apparut que peut être en effet, son aide serait utile, puisqu'elle ne voyait qu'un motif dans l'attente du Duc, elle se tourna vers ce qui avait fait avec elle le voyage jusqu'ici... Prenant dans ses mains le coffret de bois finement sculpté, elle l'ouvrit et le tendit en direction du Duc, pour qu'il puisse se saisir de la couronne, qui devrait d'ici à quelques secondes ceindre le front de sa nouvelle vassale.



Lorsque celle ci eu changé de mains, elle laissa au Duc la parole, pour qu'il puisse accompagner cet acte des paroles qu'il jugeait opportun de déclamer, et du serment fait par le suzerain à son vassal. Tout en dévoilant l'écu, qu'il pourrait dans un instant donner à Lisyane, symbole de cette terre qu'il lui attribuait.


Revenir en haut
MSN
Eddo Puègmirol
Duc de Canavese
Duc de Canavese

Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2008
Messages: 195
Localisation: Palais ducal, soit d'Ivré, soit de Chambéry
Masculin

MessagePosté le: Jeu 9 Juin 2011 - 21:16    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

Ainsi la duchesse, la baronne et bientôt la dame prête serment, le duc l'écoute avec attention et sourit après chaque  phrase confirmé et juré avant de continué. On pouvait commencer à entendre par dessus la musique les sons de la rue qui montent par les murs pour se déverser assourdit dans la cour, lié à la musique qui n'en à cure, cela donne un ensemble puissant qui ressemble de plus en plus aux son d'un coeur qui bat à l'unisson. Une fois le serment terminé, le duc se tourne vers Lara qui semble un peu lointaine, cela se comprend les savoyard par nature son bourru et trouver le chemin de leur discussion ressemble bien souvent à essayer de trouver une sente sous plusieurs pieds de neiges.

Mais la voilà qui tend la couronne, le duc lui sourit et lui fait un clin d'oeil pour la remercié avant de prendre la parole de nouveau, tandis qu'il se mettait à parler il lève bien haut la couronne seigneuriale et la descend lentement vers la tête tendu de la dame d'Ozegna.

Lisyane des Sainct Eaux, reçoit de ma main la couronne de la seigneurie d'Ozegna. Par elle, je te jure Petit silence pour appuyer le mot de te proteger, je te jure... de tenir justice pour toi, je te jure... de ne jamais te laisser dans le besoin. Le mot besoin étant celui par lequel la couronne ceint la tête de la baronne. Puis Eddo au lieu de prendre l'écus, prend un sac de jute que lui donne des deux domestique derrière lui et le donne à Lisyane en disant.

Lisyane des Saintes Eaux, par ce sac remplit de terre reçoit la seigneurie d'Ozegna. Rappelles toi à chaque instant par son poids et par son contenue que tu es garante du bien de mes gens, que tu doit les protéger et les défendre, que tu dois leur assurée de vivre convenablement selon leur rang et leur liberté. Puis le duc se tait. il sourit avant de cette fois prendre lécus et dire.

Lisyane des Saintes Eaux, reçoit cette écus, qu'il puisse permettre que dans la pire des batailles, le coeurs de nos gens se lève et se réjouisse. Puisses tu toujours le porter comme un bouclier, mais aussi comme une fierté qui te fait avancer et qui te fait toujours avoir le port altier.

Le duc se tait et prend de nouveau un petit sac que lui tend le domestique, il l'ouvre et reprend.


Lisyane des Saintes Eaux, dame d'Ozegna, je te nomme par la même Sénéchal du duché di Canavese. Il se tait sort une bague au caillou d'ambre ou à l'interieur se trouve emprisonné un moustique, il dit. Que la triste histoire de cet animal à jamais enfermé dans la pierre te rappel la charge qui t'incombes, Je compte sur toi pour que jamais le Canavese n'est à subir cette affront.
Tu seras dorénavent celle qui sera en charge de la défense de mon duché. Défend le, défend moi, défend mes intêrets.

Et comme s'il ne savait pas finir le duc relève la tête qui depuis le début de la cérémonie était tourné vers la vassal et dit d'une voie forte et puissante.


Acclamez la dame d'Ozegna, ma vassale Lysane des Saincts Eaux!


A ce moment là la musique se tait et l'on entend lentement mais de plus en plus fort les cris de joie et de plaisir qui s'élève de la ville. Les Noël, Hourra, Viva, semblent monté jusqu'au ciel tandis qu'un son brutale déchire le ciel. Sur une des place de la ville, caché derrière leur barrière les hommes du duc avait reçut le signale de l'anoblissement et les auns après les autres ils tirent au canon. Le canon est vide, mais l'on entend très clairement le bruit de tonnerre qu'ils font par le coup. Puis après que les douze canon aient tirés les uns après les autres, le silence reprend puis par salve de six, ils se mettent à tirer accullant la dame d'Ozegna comme il se doit.

Le duc avait payer une fortune les connonniers et les canons qui par ailleurs ne lui appartenait même pas. Cétait des mercenaires quié tait venu jusqu'ici pour se proposer au duc et au lieu de trancher ses adversaires, ils fetez sa nouvelle vassale de la façon la plus impressionnante que le duc avait pu trouver.

Pendant ce temps dans la cour une pluie de pétale de chanvre s'abattait, petit rappel de la richesse du duché et sorte d'hommage au soins preter par la dame au duc alors qu'il vivait un moment bien difficile. Lui c'était rassit et souriat du spectacle de ses invités scrutant chaque visages, puis il se tourne vers Lara et lui dit en lui tendant un aprchemin sceller.


Soyez mil fois remercié d'être venue, c'est ma patente, prenez là et restez donc quelques jours parmi nous cela me plairait et vous pourriez en profiter pour gouter à la vie calme et douce des terres italienne de la Savoie? Qu'en pensez vous?


 
Citation:

 


Par la présente,

Moi Eddo Puègmirol,
Duca Di Canavese,
Sénéchal de Savoie,
Baron di Zumaglia,
Et bien d'autres choses,

Déclarons anoblir Lisyane des Sainct Eaux au rang de Dame sur le fief D'ozegna se trouvant en mes terres di Canavese.
Déclarons élevé au rang de Séénchal di Canavese la dame d'Ozegna, Lisyane des Sainct Eaux, à partir de ce jour elle sera en charge des armes et armées de mon duché.

En temps que dame d'Ozegna, elle portera le blason suivant :



Qui se décrit ainsi : de sable, aux deux sabres d'or passés en sautoir et au château brochant sur le tout

L'anoblissement fut fait avec pour témoins héraldique Dame Lara Von Dumb héraut d'Empire et sa grâce Lilou de Montmayeur Di Césarini, Héraut de Savoie,
Les témoins de la noblesses sont sa Grandeur Raoul de Montjoye et son épouse Aelis, Leurs Grâces Alinoe de Chenot, Raishar Von Valendras, Laclemanus de chenot, mais aussi la mesnie de Courmayeur par Rollin, intendant et Yzalba, régente.

Fait et sceller en Ivréa le neuvieme jour du sixieme mois de l'an 1459

Eddo Puègmirol
Duca Di Canavese
Sénéchal de Savoie,
Baron di Zumaglia,
Et bien d'autres choses,




Puis le duc se tourne vers le gens, dans l'attente des réactions.
_________________
en deuil


Dernière édition par Eddo Puègmirol le Jeu 21 Juil 2011 - 08:32; édité 1 fois
Revenir en haut
Lara_von_dumb
Visiteurs

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2011
Messages: 4
Localisation: Franche Comté
Féminin Lion (24juil-23aoû) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 20 Juin 2011 - 21:33    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna Répondre en citant

La jeune Dame avait de nouveau reprit le silence, et écouté les paroles d’Eddo, y a pas à dire, il avait de la prestance, vraiment pas commune, elle était habituée à une noblesse molle, sans aucune créativité, sans rien de… De noble. Enfin tout dépendait de qui… Sa famille était souvent mal vue, car elle assumait sa noblesse, car tout ses membres étaient nobles, et car ils étaient puissants… Mais bon sa famille manquait quand même parfois de créativité, elle n’aurait jamais vu une telle cérémonie ailleurs, et bien qu’étant en tout début de sa carrière, elle était certaine de ne jamais rien voir qui dépasse cette envergure. Aussi un sourire s’étira sur ses lèvres, oui certains jaloux, rabats joie, anti noble, trouveraient surement ça pompeux et autres qualificatifs adaptés à leur jalousie, mais elle était mine de rien ravie d’avoir assisté à cela.

Elle trouva amusant l’anecdote du sac de terre, car le Duc semblait de toute évidence fier de son coup, pourtant c’était là une ancienne tradition bien connue, même s’il est vrai, elle ne l’avait jamais vu faire, manque de créativité quand tu nous tiens ! Lorsqu’il se tourna de nouveau vers elle, elle se débarrassa du lourd bouclier avec un petit soupir de soulagement, qu’elle espérait inaudible, elle n’avait sans aucun doute jamais rien porté d’aussi lourd, encore moins aussi longtemps, c’est qu’elle finirait presque par avoir des muscles un jour sous ce régime !

Elle observa vaguement le bijou, être héraut présentait l’avantage de voir tout en premier plan, pour être plus proche il aurait fallu être le suzerain ou le vassal, deux places qu’elle n’enviait pas. Les sourcils légèrement froncés, elle observa la nouvelle anoblie, Eddo lui tournant le dos. Il n’y avait pas à dire… Il ne devait pas avoir de femme dans sa vie pour penser réellement qu’un insecte comme bijou mettrait une femme en valeur tout au long de sa vie, et lui ferait plaisir.

Elle resta donc avec une moue dubitative quand au choix fait, même si le message sous jacent était noble, et loin d’être stupide, on ne pouvait pas demander à une jeune femme de son genre, 100% noble, incapable physiquement et moralement de violence, tout juste faite pour débattre et agrandir sa garde robe, de songer en guerrier, et de comprendre l’honneur qui se cachait sans aucun doute derrière.

Lorsque les canons retentirent, la moue s’effaça pourtant, elle sursauta de façon tout à fait visible au premier coup, et réussit même à en faire de même au second bruit, la bouche entr’ouverte de stupéfaction, les yeux littéralement écarquillés de peur. C’est ainsi qu’elle regarda l’homme qui lui parlait pendant quelques secondes, ses paroles se frayant difficilement un chemin jusqu’à son esprit.

Mais son cœur fini par reprendre un rythme plus lent, son estomac par retrouver sa place, et son cerveau par se remettre en route. Elle afficha un air impassible, avant de réussir à sourire de nouveau. Se saisissant promptement du parchemin qui lui était tendu. Ses pupilles brillants d’une pointe d’excitation, son regard se porta vers le chemin par lequel elle était entrée. Visiter ce village, découvrir une autre culture, une autre langue, un autre climat, comme elle sauterait sur l’occasion sans hésiter, elle rêvait de plus en plus de voyage. Mais son regard se posa de nouveau sur le Duc de Canavais, et elle laissa purement et simplement s’échapper un rire simple, joyeux, spontané, venant tout simplement de se rappeler une telle évidence… Elle ne connaissait le duc ni d’Adams, ni d’Eve, comment avait elle pu, même un instant y songer ? Il était peut être un ennemi de son oncle Victor, et puis les bonnes mœurs ne permettaient pas à une jeune femme de rester sans chaperon dans le château d’un inconnu, fut elle la seule dans l’empire à se soucier des mœurs, elle continuerait à le faire.

Pardonnez-moi votre grâce, je suis trop impulsive, vous comprendrez sans aucun doute que je ne peux décemment pas accepter l’invitation d’un inconnu, mais je vous remercie grandement de cette offre. Je ne manquerais pas de faire parvenir au plus tôt cette patente aux hérauderies pour qu’aucun ne puisse remettre en cause cette captivante cérémonie.
Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:24    Sujet du message: Anoblissement de la Dame d'Ozegna

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Terres Puègmirol dans les Royaumes Renaissants Index du Forum -> Duché de Canavese -> Ivréa Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Legend Template designed by BrideXIII
Terres Puègmirol dans les Royaumes Renaissants Index du Forum FAQ Rechercher Profil S’enregistrer Groupes Membres Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion