Terres Puègmirol dans les Royaumes Renaissants Index du Forum
Une chasse au cerf
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Terres Puègmirol dans les Royaumes Renaissants Index du Forum -> Duché de Canavese -> Ivréa
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Eddo Puègmirol
Duc de Canavese
Duc de Canavese

Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2008
Messages: 195
Localisation: Palais ducal, soit d'Ivré, soit de Chambéry
Masculin

MessagePosté le: Mar 22 Fév 2011 - 21:26    Sujet du message: Une chasse au cerf Répondre en citant

Depuis que la neige a prit possession du nord du duché, depuis que les chateaux et forteresses du duché sont en arme et avec moults hommes dedans, depuis que le duc avait quitté ses terres pour la Provence puis été revenue après le décès tragique de sa vassale, depuis l'hiver les forêts du valpato Soana raisonnent de bruits lugubre. Que l'on vive à Azaria, à Piamprato ou même à Corzonera, tout le monde ne parle plus que de lui. Le cerf.

Autrefois animal totem de la région, protecteur des simples gens et pourvoyeur en bois, l'animal défendait sa forêt avec un art consommé. Les braconeur tremblait devant son nom, les petits gens allait chercher le bois mort sans insuiétude des loups, des linx, des ours ou des sanglier, car ils savaient que le Cerf seraient là pour les défendre.

Mythe venu des temps ancien, entretenu par une population trop souvent proche du paganisme que de l'aristotélité, le Cerf véécu des moment glorieux, tant dans l'antiquité ou les gens d'ici disent qu'il stoppa l'avancer d'Hannibal, que dans les temps présent où l'on dis qu'il protège les vallées de son ombre et lui donne sa richesse avec ses bois généreusement laisser chaque automne.

Zone pauvre et isolé, les gens d'ici vivent sans attendre grand chose des plaines, ils se moquent même de eur richesse, par jalousie, par habitude, par fierté? Quoi qu'il en soit ils sont fier de devoir trimer pour faire sortir de la terre le peu de richesse qu'ils récoltes et n'envis en rien les plants qui poussent tout seul dans la plaine. Pourtant.

L'intendant d'Ivréa reçoit de plus en plus souvent des nouvelles de Pont Canavese et de la torre qui après avoir reçut une restauration rapide, est devenue le lieu de rassemblement des troupe du duc pour la région. Le capitaine de la torre un homme bon et qui connais son metier, venu de Zumaglia, envois chaque semaine son rapport, pourtant depuis quelques semaine, ceux-ci se font alarmiste. Certain village semblent souffir d'un mal étrange.

La neige sur les Haut n'est pas tombé avec l'habituel force et l'hiver est même doux très doux. Les gens s'en sont inquiété mais nul ni peu rien. pourtant quand l'on à commencer à entendre parler de destruction de champs, d'animaux  en furie qui traverse les village, la vos populi n'a eu qu'un mot en bouche. Le Cerf. Le capitaine raconte donc en détail les craintes populaires.

Tous sont unanime, le Cerf est devenu incontrôlable. Il saccage ce qu'il défendait, il sort de la forêt, lui son défendeur, il menace, il est devenu un danger. La peur est devenu tellement importante que les notable ont écrit au duc, lui demandant de mettre fin a la colère du cerf. Le courrier arrivé par les soins du capitaine sur le bureau de l'intendant, n'ira pas jusqu'au duc. L'intendant riant des superstition des montagnard, ignard.

Pourtant il fini par lui en parler, car les gens trop apeuré deviennent incontrôlable, ils ont mit a mort un postier ducal, en l'envoyant dans la forêt ou les loups l'on tué, sur qu'il était un chasseur envoyer par leur duc. Après cet épisode, le duc au courant cette fois, décide de monter une chasse au cerf.

_________________
en deuil
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 22 Fév 2011 - 21:26    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Eddo Puègmirol
Duc de Canavese
Duc de Canavese

Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2008
Messages: 195
Localisation: Palais ducal, soit d'Ivré, soit de Chambéry
Masculin

MessagePosté le: Mer 23 Fév 2011 - 18:41    Sujet du message: Une chasse au cerf Répondre en citant

Au matin prévue, le duc est devant la porte ouest de sa bonne ville d'Ivréa, il est à cheval, fait suffisement rare pour être souligné. Habiller avec soins, il porte un justecorps de une culotte qui lui permettront d'affronter autant le froids que les chemins difficile en cas de recherche dans les forêts. Par dessus l'ensemble il porte une lourde fourrure d'Ours qui lui permet d'attendre ses invité malgré l'immobilisme sans avoir froid.

Autour de lui une dizaine d'homme prépare les pieux et les lances qui serviront à tuer l'animal, ils ont aussi sorties des chiens et des sifflet pour la battu. Le duc profite de l'occasion pour recevoir, c'est rare et encore plus en Hiver. Mais il à besoin de se changer les esprit après le décès tragique de sa vassal et l'arrivé du procès que lui intente fallacieusement la Savoie.

C'est donc plein d'espoir en la journée qu'il fume sa pipe, attendant que la Diane de Savoie et le chancelier comtale de Provence arrivent.

_________________
en deuil
Revenir en haut
Alinoë de Chenot
Amis

Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2010
Messages: 25
Localisation: Belley

MessagePosté le: Mer 23 Fév 2011 - 20:47    Sujet du message: Une chasse au cerf Répondre en citant

Deux jours avant la chasse.

La toute nouvelle jeune chancelière de Savoie était dans son bureau en train de travailler quand on vit lui porter l'invitation de son parrain. Elle posa sa plume et se leva.
Alinoë alla à la fenêtre, c'était une habitude chez elle. Dès qu'elle réfléchissait à autre chose qu'à son travail, elle allait à la fenêtre. La contemplation des montagnes ou du lac
lui permettait de prendre du recul.
Une chasse ? Oui, cela lui ferait du bien et puis une chasse avec son parrain adoré, cela ne pouvait être que merveilleux.
Son visage s'assombrit, les dernières fois qu'elle l'avait vu, ce n'était pas dans de joyeuses circonstances. La mort de Shera, les soucis avec la Hérauderie. Heureusement qu'à la Chancellerie tout se passait pour le mieux.


*Que vais-je me mettre ?*

La petite duchesse était une jeune fille studieuse. Elle travaillait tout le temps et quand elle ne travaillait pas, elle jouait de la harpe. Elle n'avait aucun prétendant et n'y pensait pas mais elle avait le défaut des jeunes filles de son âge, elle était très coquette. C'était sa seule superficialité.


- Lisaaaaa !

Elle sortit du bureau, il lui fallait convoquer d'urgence sa couturière.

Le jour de la chasse


Alinoë ne monta pas Tonnerre comme à son habitude, il était trop nerveux pour la chasse et il était souvent rétif, c'est son sale caractère qui plaisait à la jeune fille mais là elle voulait être obeït au doigt et à l'oeil. Alors elle choisit Souffle, un bel alezan.

Elle était escortée de deux gardes, elle arriva avant le chancelier et fut surprise de voir son parrain qui attendait, fumant tranquillement de la pipe.
La jeune fille avança vers lui, elle aussi était emmitouflée dans un manteau de fourrure.


- Parrain ! Quelle plaisir de vous voir ! Surtout pour une chasse !

Elle lui tendit sa main. Le coeur leger, le sourire aux lèvres, la duchesse de Luserne s'apprêtait à passer une magnifique journée.

_________________
Revenir en haut
Iskander
Visiteurs

Hors ligne

Inscrit le: 25 Fév 2011
Messages: 13
Localisation: Provence
Masculin

MessagePosté le: Sam 26 Fév 2011 - 01:26    Sujet du message: Une chasse au cerf Répondre en citant

[Routes de Savoie, un jour où l'on espère ne pas être en retard, enfin, pas trop]

Avance, mon beau ... ce n'est plus très loin.

Bucéphale me lança un regard torve ... cela faisait plusieurs fois que je lui disais, et cela semblait toujours aussi loin ...

Je sais, ce n'est pas moi qui te porte.

Evidemment, c'est lui l'étalon ! Vieille carne en faite, têtu, vindicatif, roublard ... il avait été eu. Une chasse. Soit. Une invitation du Duc ... il avait cru pouvoir se pavaner.

Et il avait déchanté. Des routes bourbeuses. Des rencontres fugaces. Des gens transis, humides, des étalons jeunes et trop pressés pour s'attendrir des parades de mon "vieux beau" camarguais.

Puis ce berger devenu trop vite chancelier qui n'avait rien trouvé de mieux que voyager en tenue confortable, son sarrau mal assorti à des bottes de l'Ost provençal, une veste de mouton retourné, un chapeau informe dégoulinant ...

Il me faisait la tête.

"Pratique", mais, pour lui, à quoi bon si pas "magnifique" !

Du coup, il paradait, inopinément, généralement dès que nous croisions des gens sur la route. "Bucéphale, monture du Grand Veneur de Provence".  J'aurais pu mener ces chasses célèbres qui ornaient les tapisseries de la chancellerie ! Et quand une personne nous précédait, il se lançait au galop pour la dépasser, d'un air suffisant.

Mais, bon, chasseur, je n'étais pas.

Oh, j'avais bien chassé quelques loups à grands coups de pierres et de bâton. J'avais gardé ce grand bâton de chêne, robuste, vif, qui portait avec force.

Mais c'était tout.

Il m'étonnerait que Sa Grâce chasse le cerf à coup de pierres ou de bâton !

Enfin, il m'avait parlé de la compagnie, une "amie commune" sans m'en révéler plus.

Compagnie Noble sans doute. Une intrigue ? Parler ? Je ne savais trop. Il me semblait honnête homme, audacieux aussi, franc, et sensé.

La route était longue et, entre deux caprices de mon destrier, somnolante.

Je tentai de chercher qui ... et me perdis en conjecture et somnolence à nouveau.

...

Bucéphale me tira de mes rêveries. Nous arrivions, pour de bon cette fois !

Il se mit à marquer le pas, puis à avancer, fièrement, levant un pas, puis l'autre comme pour marquer l'importance de son cavalier et de lui, la monture, un centaure dont le corps équin tenait toute la prestance.

...

Arriver devant un garde interloqué.

C'est mon cheval.

Evidemment ! Berger imbécile !

Nous avons été invités par Sa Grâce.

Le garde m'observa, incertain.

Enfin, pas mon cheval, moi.

Cheval qui me jeta un regard noir.  Je secouai la tête. J'étais fourbu.

Vous seriez très aimable de bien vouloir nous annoncer à Sa Grâce. Je suis Iskander, chancelier comtal de Provence.

Puis, devant son air interloqué.

Et voici Bucéphale, étalon camarguais, vétéran de l'Ost Provençal.

Vétéran qui montra des dents. Je me retins d'ajouter "Bête de somme à la retraite, réchappée du clos d'équarrissage, par perversité". Ce n'était pas tout à fait vrai d'ailleurs. Il mordait également.

J'ajoutai obligeamment à l'attention du garde qui devait me prendre pour un fou, ou quelque chose comme cela.

Sa Grâce Eddo Puegmirol nous a invités à participer à une chasse qu'il donne en ses terres. Nous arrivons tout droit de Provence.

Vous me combleriez si je pouvais me rafraîchir un peu, bouchonner ma monture et  me vêtir convenablement avant de le rencontrer. 
_________________
La Nuit vient, éclairée par les étoiles ...

Revenir en haut
Eddo Puègmirol
Duc de Canavese
Duc de Canavese

Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2008
Messages: 195
Localisation: Palais ducal, soit d'Ivré, soit de Chambéry
Masculin

MessagePosté le: Sam 26 Fév 2011 - 22:23    Sujet du message: Une chasse au cerf Répondre en citant

[devant le chancelier]

Le garde regarde perplexe l'étrange duo qui se présente à lui. Au départ, rien à y redire, un homme et une monture. L'homme porte des habit qui ont souffert du voyage, mais qui démontre un rang supposé important. Le cheval semble vieux et placide. Pourtant à peine arrivé que l'homme essaie de l'embrouiller. Déjà il parle le françois, ce qui n'est pas la langue de l'homme. Ensuite au lieu de parler clairement le voilà qui commence par présenter son cheval comme étant... un cheval. Grande trouvaille pense l'homme, mais il essai de suivre car son francais n'est pas encore parfait. Que le duc invite un cheval... se serait bien digne de lui ça.

Puis l'homme se présente. Le garde lui fait une révérence avant de dire.


Votre excellence, soyez la bienvenue en Canavese. Silence, car faut se rappeler comment l'on dit dans cette langue tellement étrange et si peu pratique. Sa grâce est heureuse de vous recevoir.  Pas mal pas mal et je crois sans faute se dit le garde, continuons! Si vous voulions bien me suivre.

Alors que le garde le précède un autre garde sort de sa guerite pour le remplacer à la porte. Il reprend le travail passablement heureux de fouiller et verifier chaque entrée et sortie d'Ivréa. Enfin quoi qu'il en soit, le garde entraine le chancelier dans la ville à grand coup de  LAISSEZ PASSER ! LAISSEZ PASSER SON EXCELLENCE ! La foule docile laisse passer, l'homme n'a que peu besoin de faire usage de son autorité pour pousser la foule de badaud qui encombre les rues. Badauds qui se regroupent pour regarder l'homme monter sur son cheval. Le regardant comme s'ils avaient le pape en personne en Ivréa. Certain soit fou soit très joyeux criant même. HOURRA ! NOEL !

Puis c'est le palais. L'homme laisse le chancelier entre les mains des domestique du château afin qu'il puisse se changer et faire comme bon lui semble. Le garde lui dit avant de partir. Sa grâce et son invité vous attendent devant la porte Ouest votre excellence. Il vous suffir de prendre la grande rue à gauche à la sorti du  castello et vous y serez. Chassez bien. Les domestiques arrivent donc et propose collation, chambre, et toutes les commodités possible à son excellence.

[Porte Ouest]

Ma douce filleule, quel joie! La fumé de la pipe s'envloe dans le froid tandis que se pliant a cette mode angloise, le duc effleure la main de la duchesse, avant de lui sourire et de lui dire. Comment te portes tu? Le trajet ne fut pas trop difficile? Tu étais en Luserne?

Alors qu'ils badinent, le garde qui a amené le chancelier jusqu'au chateau arrive s'incline très bas et dis au duc en apparté. Votre invité est la votre grâce, il se change au château. Dois je aller l'attendre? D'un signe de tête le duc confirme et le remercie. Puis se tournant vers sa filleule il dit. Son excellence est arrivé en ville, il ne va plus tarder. Pendant ce temps, le garde rebrousse chemin.
_________________
en deuil
Revenir en haut
Iskander
Visiteurs

Hors ligne

Inscrit le: 25 Fév 2011
Messages: 13
Localisation: Provence
Masculin

MessagePosté le: Dim 27 Fév 2011 - 01:32    Sujet du message: Une chasse au cerf Répondre en citant

Ces moments irréels ou j'avais l'impression que tout le monde adressait regards, égards, louanges à quelqu'un d'autre.

Seul Bucéphale prit son dû, et le reste, avec intérêt, avec intérêts.

Je laissai les domestiques prendre possession de ma monture avec un "Attention, il mord" suivi d'un prudent "Bouchonnez-le avec douceur, sinon, il perd ses poils".

On était loin du destrier d'un Alexandre, de Veillantif ou de Bayard.

Un major d'homme m'entraina avec une courtoisie ferme vers un lieu où, manifestement, on avait l'habitude de détrousser les visiteurs. Quelques mains expertes m'ôtèrent ma vêture. Je réussi à me rafraîchir nu à une bassine d'eau glacée, seul, avant de voir ma tenue "appropriée" apparaître et me revêtir aussi vite que l'ancienne avait disparu.

L'habit ne faisait pas le moine, ou le chasseur. Comment pouvait-on chasser avec une fronde en cette tenue ?

Je l'ignorais. A peine le temps d'essayer, te tenter de percevoir mon reflet que le major d'homme m'entrainait à nouveau par les couloirs. Je tentai de nouer conversation, pour me voir rabroué respectueusement en une langue françoise ... différente, et cette impression que lui me prenait pour une lubie de son maître plus que pour autre chose. Ni Dieu, ni maître ! Mais homme libre. Pourquoi n'y avait il pas ce milieu ?

A nouveau ce garde au parler étrange, qui m'avait accueilli et  qui, lui, était déjà arrivé, me fit gentiment rentrer dans la salle, avec sobriété, ce dont je le remerciai in petto.

Je me dirigeai, heureux, vers mon hôte, prêt à lui tendre la main, tout sourire, quand j'aperçu son "invité".

...

C'était vous ? Mais ... mais ...

Je fermai brusquement ma bouche. On ne disait pas "Mais vous êtes morte !" à une dame.

Et mieux valait ne pas parler quand un torrent d'émotions vous tétanisait.

Le regard immense des lacs de montagne. Souvenirs de sang, de cendre, d’une violence inouïe, d'une grande douceur aussi.

_________________
La Nuit vient, éclairée par les étoiles ...

Revenir en haut
Alinoë de Chenot
Amis

Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2010
Messages: 25
Localisation: Belley

MessagePosté le: Dim 27 Fév 2011 - 08:55    Sujet du message: Une chasse au cerf Répondre en citant

Alinoë est à l'aise, elle l'est toujours avec son parrain. Et elle est aussi impatiente, Eddo lui a dit qui était son invité.
Bien sur, la chancelière veut voir le chancelier mais ce n'est pas la chancelière qui est impatiente, c'est la jeune fille.
Le chancelier a un nom qui la fait rêver, un nom qui est un mystère pour elle. Iskander.


- Non, Eddo, je n'étais pas à Luserne, J'étais à Thonon. Luserne en hiver avec toutes ses vignes mortes, je préfère voir les couleurs du Léman...

Ils devisent gentiment. Ils ont toujours des choses à se dire. L'homme d'expérience et la jeune fille, bouton de rose.

le chancelier arrive, la jeune fille perd son assurance. Elle va enfin le voir, cet homme qui a tenté de lui rendre sa mère.

Alinoë ne voit que lui, elle ne regarde que lui: Elle l'a tant imaginé, créé dans ses pensées. rêvé dans ses nuits, et il est là.
Il arrive vers elle et s'exclame. Alors sans réfléchir, elle descend de son cheval et va vers lui. Elle s'arrête très près devant lui.
Trop près surement pour l'Étiquette, mais qu'importe: Elle est à mille lieues de cette Étiquette.
Elle ne voit que lui, n'entend que lui. Elle le regarde une seconde avant de s'exprimer. Il est grand lui aussi. Aussi grand que Eddo et son père.


- Un nom.... Un nom... Iskander....Un nom qui pour moi veut dire espoir. Un nom qui veut dire courage. Un nom qui veut dire don de soi.
Un nom. Iskander. Enfin ce nom à un visage, Ce nom à un corps. Iskande
r.

Elle lui tend avec grâce sa main

- Je suis Alinoë, tout simplement sa fille. Merci d'avoir tenté de me la garder, merci de l'avoir retirée du bateau de Charon, merci même si la Camarde est revenue prendre son bien. Merci

Puis ajoutant plus bas

- Je lui ressemble tant que ça ?
_________________
Revenir en haut
Eddo Puègmirol
Duc de Canavese
Duc de Canavese

Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2008
Messages: 195
Localisation: Palais ducal, soit d'Ivré, soit de Chambéry
Masculin

MessagePosté le: Dim 27 Fév 2011 - 11:46    Sujet du message: Une chasse au cerf Répondre en citant

Un moment rare, un de ces moments qui vaille de se lever le matin. Un moment aux multiples effets, d'abord le plaisir de voir le chancelier étonné, surpris, rester sans voie. En diplomatie, le moment est rare et surprenant. Mais aussi un moment étrange où une jeune fille retrouve un être qui lui a fait beaucoup pour elle sans qu'elle ne l'ai jamais vu, enfin le moment où la Savoie et la Provence se retrouvent.

Le duc laisse ses deux invités se retrouver, regardant dans un nuage de chanvre fumé ce moment rare et souriant de voir ces émotions fortes revenir par devant ces gens qui par cause de leur fonction cache leurs émotions. Le temps semble suspendre son vol sur le Canavese, histoire de gouter le moment avec toute la volupté nécessaire. Les hommes qui autour d'eux s'affairent pour préparer la chasse, les badauds toujours présents, les entrées et sorties de la ville, les cris des oiseaux d'hiver rester malgré le temps, des anmaux de la ville et de ceux qui y entre pour nourrir la population, tous s'efface pour mettre en relief cette scène inattendu.

Des retrouvailles de gens ne se sont jamais connu, des surprises de gens qui ne se connaissent pas mais savent beaucoup sur l'autre. Le Canavese est témoin d'un moment humain rare et son duc sourit d'en être le témoin privilégié.

_________________
en deuil
Revenir en haut
Iskander
Visiteurs

Hors ligne

Inscrit le: 25 Fév 2011
Messages: 13
Localisation: Provence
Masculin

MessagePosté le: Mer 2 Mar 2011 - 01:38    Sujet du message: Une chasse au cerf Répondre en citant

Sa voix. Sa voix était ... différente. Pas accablée par la douleur.

Le visage plus jeune aussi. Juste quelques touches. La patte sûre d'un peintre esquissant les ombres, les reflets, les humeurs, rapide tranchante, modelant les visages.

Sa manière de se mouvoir. Quelque chose dans sa bouche, qui ne signifiait ni la crainte, ni la fierté.

Le voile de la guerre s'estompa à ses paroles.

Elle me tendit la main, que j'osai à peine porter à mes lèvres, maladroitement.

Et lui dire doucement.


Je ne me souvenais pas ... savais pas. Pardonnez-moi. Oui, en vous voyant, j'ai cru la revoir.

Nous ne nous sommes pas connus longtemps.

Mais comment ... ?

Des questions qui me venaient en bouquet, en foison, triviales, étranges, curieuses.

Puis comme un sentiment d'embarras me fit devenir garance. C'était une grande dame. Et je n'avais pas lâché sa main, ne sachant trop que faire à présent.
_________________
La Nuit vient, éclairée par les étoiles ...

Revenir en haut
Alinoë de Chenot
Amis

Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2010
Messages: 25
Localisation: Belley

MessagePosté le: Mer 2 Mar 2011 - 02:05    Sujet du message: Une chasse au cerf Répondre en citant

Elle était altière, pas arrogante, simplement grande malgré ses quatorze ans. Elle lui souriait, un sourire fait pour charmer, elle voulait lui plaire. Non pas comme une femme qui voudrait plaire à un homme, non, plutôt comme une élève qui voudrait plaire à son mentor. Elle ne voulait pas qu'il soit déçu, qu'il pense que la fille était moins bien que la mère.
Il avait gardé sa main et elle le lui laissa.


- Elle aurait trente ans si elle avait vécu, j'ai quatorze ans presque quinze.

Elle avait accentué son sourire en une coquetterie toute féminine. Alinoë était à l'aise, comme on l'est avec une personne qui vous protège, qui vous connait. C'était un sentiment étrange qu'elle ressentait  en face de l'homme qui avait sauvé sa mère. Elle éprouvait de la curiosité, il lui semblait le connaitre pourtant il était étranger. Ce qu'elle ressentait ressemblait à un melting-pot pas d'idées mais de sentiments. Sa main toujours dans celle d'Iskander, comme s'il était naturel qu'elle fut là, elle continua.

- Comment vous connais-je ? Elle m'a écrit. Elle m'a parlé de vous, elle vous a décrit et dans ses lettres, elle me disait tout ce que vous avez fait pour elle.
Jouez-vous toujours du fifre ?

_________________
Revenir en haut
Iskander
Visiteurs

Hors ligne

Inscrit le: 25 Fév 2011
Messages: 13
Localisation: Provence
Masculin

MessagePosté le: Mer 2 Mar 2011 - 15:21    Sujet du message: Une chasse au cerf Répondre en citant

Grande dame. Jeune femme. Orpheline. Inconnue que me connaissait bien semblait-il.

J'étais perdu.

Je joue encore du fifre, oui. Surtout pour mes bêtes. Et pour ceux qui reposent.

Je souris de dérision. Les paroles coulaient toutes seules, dans tous les sens, comme une eau vive qui dévale les collines.

Les vivants courent toujours trop vite pour s'arrêter et écouter. Et moi aussi, souvent, depuis que je suis chancelier.

Un peu contrit.

Je suis désolé pour votre mère. J'ai plus souvent mis en terre des gens, amis ou ennemis, que j'ai pu en sauver.

Et ceux que j'ai sauvés sont parfois morts après être retournés au combat.

Je ne sais pas quoi dire. Au coeur des combats, on tue pour survivre, pour que nos amis survivent. L'autre a la même peur sur son visage. C'est très sauvage.

Votre mère ... votre mère ... elle prenait corps, distincte de sa fille, pas tout à fait encore, mieux déjà.

Votre mère et moi avons réussi à devenir non-ennemis, l'espace d'un moment. Elle était très loyale. Et moi aussi, enfin ... presque.

Je ne l'avais pas livrée. Et, de cela, je n'avais aucun regret, ni aucun remords.

Je tenais toujours sa main.

Puis, par un effort de volonté, je la lâchai en un effleurement velléitaire.

Je suis content de vous rencontrer ...

Me forcer à dire son nom, enfin ...

... Damoiselle Alinoë ...

Et de me rappeler les conventions

... Votre Grâce.
_________________
La Nuit vient, éclairée par les étoiles ...

Revenir en haut
Alinoë de Chenot
Amis

Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2010
Messages: 25
Localisation: Belley

MessagePosté le: Mer 2 Mar 2011 - 16:04    Sujet du message: Une chasse au cerf Répondre en citant

Un sourire triste, une lumière qui s'éteint dans son œil vert.

- Oui, elle est retournée au combat, par deux fois encore et la dernière fois, elle n'est pas revenue. Elle m'a laissée
Elle a été loyale envers l'Empereur mais pas envers moi. Je lui en veux et pourtant je la comprends. Je comprends qu'elle ai combattu, je lui en veux de ne pas être revenue vers moi.
Ne soyez pas désolé. Vous avez tant fait. Elle ne vous a pas écouté non plus. Vous l'avez sauvée pour qu'elle vive, elle a préféré retourner au combat et mourir. C'était son choix.
Je vous serais toujours reconnaissante de lui avoir donné le choix. Cela m'a permis à moi de savoir que sa mort, elle n'en avait pas peur. Que son idéal était plus fort que sa vie. Plus fort que son amour pour mon père. Plus fort que moi.


Il lui a lâché sa la main, il est conventionnel mais elle n'a pas envie encore d'être la chancelière. Elle n'a pas envie dêtre dans le présent. Elle veut prolonger un peu cet instant.
Alors, elle ouvre sa fourrure et glisse sa main dedans, elle en ressort un fifre


- J'ai appris à y jouer en l'honneur de vous.

Et elle se mit à jouer
_________________
Revenir en haut
Eddo Puègmirol
Duc de Canavese
Duc de Canavese

Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2008
Messages: 195
Localisation: Palais ducal, soit d'Ivré, soit de Chambéry
Masculin

MessagePosté le: Mer 2 Mar 2011 - 21:15    Sujet du message: Une chasse au cerf Répondre en citant

Alors que la musique s'élevait devant les portes de la bonne ville d'Ivrea, les chasseurs accompagnant le duc se mirent en marches. Il faut dire qu'à pieds s'ils déir arrivé avant eux il faut qu'ils prennent de l'avancent. La ville toujours en arrière plan continue sa vie propre, naturellement organique elle prend le plie de cet obstacle devant la porte et les gens contournent sans rien dire les trois chevaux au repos. Lentement le soleil paresseux de l'hiver montre son bout du nez. un nez froid, mais sec. Ivréa ce n'est déjà plus les alpes, mais ce n'est pas encore le Pô. Un entre deux créant un climat d'entre deux.

C'est donc par un temps pas vraiment froid, mais pas vraiment chaud, que le duc regarde les retrouvailles. Il est clair que Iskander semble des plus étonné et ne sais plus trop ou se trouve son nord. Eddo ne dira pas l'inverse, la petite duchesse tiens de sa mère, mais avec quelques petits point venu de son père qui la rend des plus pimprenelle. Gardant le silence etles yeux sur eux, l'homme se demande comment son les enfant des DMS, si les retrouver entrainerai ce même regard.

La mort pourrait sembler roder autour de cette rencontre pourtant la simplicité des acteurs et la joie de vivre qui anime Alinoe semble l'éloigner de façon étonnante. Plus rapide et plus fort quele chanvre, la dame semble ne même pas s'interesser à la scène. C'est la première fois qu'Eddo entend parler d'elle sans qu'un sourd sentiment de sa présence n'éteigne les regards, ne brûle la joie et n'etraine un coup de cafard généraliser. Pour sur Massou n'est pas le seul sorcier de la région.

Enfin Eddo toussote et dit.

Votre excellence, votre présence ici m'honore et honore mon duché. Je suis bien aise que votre voyage se soit passé sans difficulté apparente. Soyez le bienvenue.

Permettez que je fasse les présentations officielles.

Voici sa Grâce Alinöe de Chenot Mitara, duchesse de Luserne, Vicomtesse de Thonon les Bains, Dame de Saint Julien cise en Genevois, chancelière de Savoie, notre Diane.

Votre grâce, voici Iskander, Chancelier du comté de Provence.


Eddo se tait les laissant reprendre leur conversation.
_________________
en deuil
Revenir en haut
Iskander
Visiteurs

Hors ligne

Inscrit le: 25 Fév 2011
Messages: 13
Localisation: Provence
Masculin

MessagePosté le: Sam 5 Mar 2011 - 01:17    Sujet du message: Une chasse au cerf Répondre en citant

Je retrouvai les sens. Petit à petit.

Le froid.

Le renâclement d'un cheval. Un grognement. Les sabots frappant le sol gelé.

Le son du fifre qui tranchait l'air. La pauvre. Elle ne devrait pas jouer par ce temps. Ses lèvres gerceraient. Elle y mettait son coeur et jouait avec grâce. Et si elle avait appris à si bien jouer en si peu de temps, ses gens devaient avoir eu les oreilles sifflantes ce temps.

J'avais joué du fifre pour implorer. J'avais joué du fifre pour accompagner les vivants à la bataille et rythmer leur pas jusqu'à la mort. J'avais joué du fifre pour les morts et leur repos. J'avais joué du fifre pour nos ennemis. J'avais joué du fifre pour ma Provence bien aimée. J'avais joué du fifre pour mon amour.

J'avais envie de dire "charmant", un compliment aimable qu'on faisait à une jeune femme en éclosion pour récompenser ses efforts méritoires, quand elle ferma les yeux et plongea au coeur du souffle ...

Il y eut une note parfaite, limpide, belle, puis une autre ... enfin. Elle savait, elle aussi. Et elle avait joué pour moi, vraiment.

J'en restai pantois.

Puis les paroles de l'Ambassadeur de Savoie me tirèrent de ma torpeur.

Et de maudire intérieurement notre ambassadeur. J'aurais dû savoir. J'aurais dû ...

Excellence. C'est ... et bien, c'est tout à fait inattendu, à tous égards.

Je suis enchanté de vous connaître, Damoiselle Alinoë, Votre Grâce, Excellence, Grande Veneuse, chacune et vous.
_________________
La Nuit vient, éclairée par les étoiles ...

Revenir en haut
Alinoë de Chenot
Amis

Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2010
Messages: 25
Localisation: Belley

MessagePosté le: Sam 5 Mar 2011 - 20:37    Sujet du message: Une chasse au cerf Répondre en citant

La petite duchesse finit de jouer, les étoiles étaient revenues dans ses yeux. Elle souriait heureuse de sa prestation.
Eddo la présenta officiellement et elle ne pu s'empecher de rire à la réaction du chancelier. Elle savait qui il était.


- La plaisir est pour moi. Je vous l'ai dit, n'est-ce pas ? Si nous remontions à cheval et que nous commencions cette chasse ?
les gens s'impatientent, je crois.


Se tournant vers Eddo.


- Je crois que cette journée s'annonce sous les meilleurs auspices. Le cerf ne nous échappera pas !

Elle remonta sur son cheval, après avoir rangé son fifre et refermé sa fourrure.
Elle était prête à passer une merveilleuse journée.

_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:18    Sujet du message: Une chasse au cerf

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Terres Puègmirol dans les Royaumes Renaissants Index du Forum -> Duché de Canavese -> Ivréa Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Legend Template designed by BrideXIII
Terres Puègmirol dans les Royaumes Renaissants Index du Forum FAQ Rechercher Profil S’enregistrer Groupes Membres Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion